Jeep Cherokee 2014, un retour remarqué

Après pratiquement 13 ans d’absence sur notre marché, le Jeep Cherokee fait un retour dans les salles d’exposition des concessionnaires, lui qui se destine à combler un vide laissé par la récente disparition du Jeep Liberty, un modèle qui n’a jamais réellement réussi à s’imposer parmi les VUS compacts. Le tout nouveau Cherokee propose les mêmes capacités légendaires des autres Jeep et bouscule son segment avec plusieurs primeurs technologiques dans sa manche.

Le Cherokee 2014 se positionne donc entre son grand frère le Grand Cherokee et le duo Patriot/Compass. Offert à un prix de base se situant sous 24 000 $ et tout juste au-dessus de 32 000 $ dans sa livrée la plus cossue, il est important dans la gamme Jeep si l’on considère que le Wrangler n’est pas un véhicule destiné à tous.

Transmission automatique à neuf rapports de série


Profitant d’une nouvelle architecture globale développée par le groupe Fiat, le Cherokee prétend disposer d’une double personnalité étant à la fois un véhicule urbain et un pur et dur du hors route. On ne doit surtout pas décevoir les puristes!

Sous son capot, on retrouve à la base un moteur connu, soit le quatre cylindres de 2,4 litres, le même qui équipe la Dodge Dart. Ce dernier déploie 184 chevaux pour un couple de 171 lb-pi, une puissance similaire à plusieurs de ses concurrents. Si cette mécanique n’a rien de renversant, la transmission automatique à neuf rapports qui l’accompagne – proposée de série – l’est beaucoup plus. Voilà une première pour un véhicule du genre, car normalement, ces avancées technologiques sont installées à bord de véhicules de luxe pour ensuite se frayer un chemin vers les modèles plus abordables.

Alors que de nos jours plusieurs rivaux comptent uniquement sur des motorisations à cylindrées réduites, Jeep a décidé de garnir son catalogue d’un V6. Non, ce n’est pas le V6 Pentastar de 3,6 litres qui a été retenu, mais bien son petit frère, dernier né de la famille, le V6 de 3,2 litres Pentastar, deuxième du nom. Pourquoi ce nouveau moteur? Afin d’offrir un meilleur compromis entre puissance et économie de carburant : le Cherokee est plus léger et ne nécessite donc pas toute l’énergie du moteur de 3,6 litres. En livrée de 3,2 litres, il développe 271 chevaux pour un couple de 239 lb-pi, ce qui n’est pas très loin tout de même des 290 chevaux du moteur de 3,6 litres.

Ce qu’il y a d’intéressant avec le Cherokee, c’est que le choix d’une version, quatre en tout, ne vous limite pas dans la sélection du moteur et du rouage. Toutes sont proposées avec le quatre cylindres de base ou le V6, même constat en ce qui a trait au rouage intégral, tous les choix sont permis. Seule la version Trailhawk, dédiée au hors route, dispose de série du V6 et du rouage intégral.

Le style, le début d’une controverse


Difficile de ne pas être emballé par les composantes mécaniques du Cherokee 2014. Quant à son style, comme dirait l’expression anglaise, not so much. Notre opinion semble d’ailleurs partagée par plusieurs si l’on se fie aux commentaires d’internautes suite à la publication de nos premières photos.

Tout d’abord, on est loin de ce à quoi Jeep nous a habitués, soit des designs musclés et agressifs. On ne confondra certainement pas le Cherokee avec le Wrangler ou le Grand Cherokee. On aurait tellement aimé qu’il soit un Grand Cherokee en miniature… C’est surtout le devant qui fait le plus jaser, alors que le capot et le pare-choc se rejoignent formant une partie avant très mince. On dirait qu’on l’a coincé dans un étau! L’autre élément déroutant touche les blocs optiques qui ont été séparés en deux. La partie supérieure, très étroite, intègre les phares de jour et les clignotants, tandis que le reste du phare est encastré un peu plus bas dans le pare-choc. En fait, uniquement la calandre à sept fentes nous rappelle les origines Jeep du modèle. À la défense de ce design, on peut souligner un meilleur angle d’attaque, un plus en conduite hors route.

Malgré sa ressemblance avec plusieurs VUS rivaux sur le marché, notamment le Kia Sportage et le Ford Escape, l’arrière du Cherokee semble un peu mieux accepté.

À l’intérieur, pas de controverse. Le véhicule est de bonne facture et l’attention aux détails est marquée. On apprécie les matériaux souples aux différents points de contact. L’espace à bord est généreux et la vision est excellente. Les livrées de base proposent un système multimédia doté d’écran tactile de 5 pouces – de 8 pouces pour les versions plus cossues. Ce système est simple et intuitif. On aime également les commandes du volume et des postes situés derrière le volant.

Sur ou à côté de la route


Le mot d’ordre dans le développement du nouveau Cherokee était efficacité, tant au chapitre de sa consommation que de ses capacités. Outre le niveau d’équipement que vous désirez, le choix du moteur s’avère un élément important. Si pour vous la puissance et les accélérations ne sont pas une priorité, le quatre cylindres fera amplement le travail. Nous avons d’ailleurs été étonnés de ses performances, on s’attendait à un comportement beaucoup plus anémique. On perçoit simplement son essoufflement en accélération alors que le délai de réponse est un plus long, son couple plus timide en étant la principale raison.

Sans doute le moteur le plus efficace, le V6 de 3,2 litres, est celui à favoriser. Tout d’abord, il ne manque jamais de vigueur et la différence de prix avec le quatre cylindres est assez minime. Même chose pour sa consommation de carburant qui n’est pas excessive. Et si jamais vous avez besoin de remorquer, ce moteur devient un incontournable avec une capacité de remorquage de 4 500 lb (2 041 kg), un chiffre de loin supérieur à plusieurs rivaux.

Difficile de ne pas vous recommander d’opter pour le rouage intégral. Un VUS à deux roues motrices, surtout au Québec, c’est un peu comme une voiture sans climatiseur. Il manque un élément important! Le Cherokee en propose trois, en fonction de vos besoins. Le système Active Drive 1 s’avère le plus simple des rouages intégraux. En cas de perte d’adhérence, il transfère essentiellement une partie du couple aux roues arrière, améliorant ainsi la traction.

Le Cherokee Trailhawk, tel un Wrangler


Plus costaud, l’Active Drive II est optionnel et comporte un mode gamme basse, un rapport inférieur, qui améliore les prestances du Cherokee en conditions extrêmes. Finalement, le système Active Drive Lock de Jeep possède les mêmes caractéristiques, mais il ajoute un différentiel arrière autobloquant. Ce dernier équipe d’ailleurs les versions Trailhawk, une version dédiée au hors route et homologuée Trail rated. On la reconnait rapidement par ses boucliers avant/arrière et ses crochets de remorquage peints en rouge.

Sur la route, peu de reproches sont faits au Cherokee. Sa direction est précise, et sa suspension indépendante aux quatre roues apporte un bon équilibre entre le confort et le dynamisme. Bref, si le style du Cherokee vous plaît, vous obtiendrez certainement un véhicule qui comblera vos attentes. On espère aussi une bonne fiabilité de cette nouvelle transmission automatique à neuf rapports qui en est à sa première application.

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Jeep Cherokee North TI 2014

Fourchette de prix

23 495 à 32 195$

Prix du modèle à l'essai

28 695$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Options

n.d.

Concurrents

Chevrolet Equinox, Ford Escape, GMC Terrain, Hyundai Tucson, Jeep Compass, Jeep Patriot, Kia Sportage, Mazda CX-5, Mitsubishi Outlander, Nissan Rogue, Subaru Forester, Suzuki Grand Vitara, Toyota RAV4, Volkswagen Tiguan

Points forts

Capacités hors-route impressionnantes
Bon choix de moteurs et de versions
Habitacle soigné
Bon comportement sur la route
Bonnes capacités de remorquage

Points faibles

Style controversé
Fiabilité de la nouvelle transmission à prouver

Fiche d'appréciation

Consommation

80.0 %

Valeur subjective

80.0 %

Esthétique

70.0 %

Confort

70.0 %

Performance

80.0 %

Apréciation générale

70.0 %