L’évolution des maladies sur les réseaux sociaux

Vous le savez, on peut suivre la propagation du virus de la grippe dans le monde grâce au service flutrends de Google qui se sert de certains de termes de recherche pour établir une carte de la grippe en temps quasi-réel à l’échelle mondiale. On a découvert chez Google qu’il y a une corrélation étroite entre le nombre d’internautes qui recherchent des termes liés à la grippe et le nombre de personnes présentant les symptômes de cette maladie. Si ça peut vous rassurer, à l’heure actuelle, au Canada, la propagation de la maladie est basse.

Tout comme pour les recherches sur Google et le virus de la grippe, l’instantanéité des réseaux sociaux pourrait servir la cause de l’information sur la propagation des maladies d’origine alimentaire dans le monde.
 
En se servant d’algorithmes de détection de mots-clé, on pourrait chercher dans le flux d’informations Twitter ou Facebook des termes qui se rapportent aux symptômes de maladies contagieuses. Des termes comme ‘diarrhée’, ‘vomissement’ ou ‘fièvre’ pourraient fournir les premiers indices du déclenchement de maladies d’origine alimentaire.
 
Les réseaux sociaux offrent beaucoup de possibilités pour la circulation de l’information sur les maladies dans le monde. Aux Etats-Unis, le Center for Desease Control a mis sur pied en 2010 un bulletin mensuel ‘CDC Vital Signs’ et se sert de Facebook et Twitter pour diffuser l’informations.
 
Pour ce qui est d’utiliser les réseaux sociaux pour compiler des informations précises sur la santé des utilisateurs, il y a des questions de protection de la vie privée qui ne manqueront pas d’être à l’ordre du jour si jamais on proposait de les utiliser à grande échelle.
 
Et vous, est-ce que vous diffusez des informations sur votre état de santé sur les réseaux sociaux?
 
Source : lemondeinformatique.fr, google.org/flutrends/