La revente ‘légale’ de musique numérique ne fait pas l’unanimité

Le mois dernier, Redigi, une nouvelle entreprise américaine a lancé un service de revente pour les gens qui veulent se débarrasser de fichiers musicaux de façon légale et sécuritaire, ou encore s’en procurer à rabais. Un genre de marché au puces de la musique numérique.

Jusqu’à maintenant, ce genre d’initiative n’avait pas été tenté. Probablement parce que la plupart d’entre-nous ne penserait pas à revendre un produit qui n’existe pas physiquement.
 
Est-ce légale et sécuritaire comme le prétendent les promoteurs du projet? Ça dépend du point de vue. Selon les dirigeants de Redigi, avant qu’un utilisateur du service puisse téléverser une chanson dans le système pour la mettre en vente, l’empreinte numérique du fichier sera analysé pour s’assurer qu’il provient bien d’une source officielle comme iTunes ou Amazon. Les fichiers extraits d’un CD ou d’origines douteuses ne seront pas acceptés. Une fois le fichier ‘accepté’ un programme associé au service de Redigi fait le tour de votre ordinateur pour supprimer toutes copies du fichier qui se trouverait toujours sur votre disque dur.
 
Les dirigeants de maisons de disque et certains avocats spécialisés ne voient pas les choses du même œil. Le principal argument contre ce modèle consiste à dire que le service opère à l’intérieur d’une zone grise de la loi américaine. En effet, dans le monde réel, il est légal pour un consommateur qui acheté un produit (CD, livres, etc.) protégé par le droit d’auteur de le revendre à rabais. Il n’est pas clair que la loi s’applique dans le monde numérique puisqu’il faut inévitablement faire une copie du fichier, et ça, ce n’est pas légal.
 
Qu’en pensez-vous? Seriez-vous tenté par un fichier musical de seconde main? Pour plus d’informations (si vous lisez l’anglais) n’hésitez pas à lire l’article que le New York Times a consacré au sujet.
 
Source : nytimes.com