La vidéo en 3D est dure, dure pour les yeux

Source: Wikimedia Commons

Mauvaise nouvelle pour les promoteurs de l’industrie de la 3D à la télévision et au cinéma: à la surprise d’absolument personne, une étude scientifique publiée dans le Journal of Vision(*) et citée par Ars Technica  démontre que certains types d’affichage en 3D provoquent une fatigue oculaire excessive.

La source du problème: quand on regarde une image en 2D ordinaire, les yeux convergent vers un point situé à la surface de l’écran, mais en 3D ce n’est pas toujours le cas. Et pour compliquer encore la chose, il semble que les effets varient selon la distance à laquelle on se trouve par rapport à l’écran: quand on est assis près d’un écran 3D, les images qui sortent de l’écran vers nous sont les plus problématiques, mais quand on est assis loin, ce sont les effets 3D qui apparaissent derrière l’écran qui sont les plus dommageables. Autrement dit: ce qui cause du tort au cinéma est exactement le contraire de ce qui cause du tort à la télé. Sacré casse-tête pour les créateurs de contenu…

Ceci dit, l’étude ne concernait que 24 personnes alors il faudra sans doute la reprendre à plus grande échelle pour confirmer ses résultats. Mais déjà, on voit que les manufacturiers d’écrans 3D ont du pain sur la planche…

(*): Ironiquement, Samsung a financé une partie de l’étude. Pas certain qu’ils sont satisfaits de leur investissement.