Le Brésil ouvre grandes les portes à Foxconn

Vous connaissez Foxconn? Selon le New York Times, cette entreprise multinationale basée à Taiwan et ses compagnies-soeurs assemblent environ 40% de tous les appareils électroniques vendus au monde. Nokia, Nintendo, Sony, Microsoft, Apple et Amazon ne sont que quelques-unes des grandes marques dont les produits sont fabriqués au moins en partie dans les gigantesques usines du groupe; si vous avez un iPhone, un iPad, un Kindle ou une console de jeux vidéo, il y a de bonnes chances que votre gadget provienne de là.

 
Or, Foxconn a acquis une réputation sulfureuse. Le monologuiste américain Mike Daisey, qui se décrit lui-même comme un fanboy d’Apple, a décidé un beau jour de se rendre à la gigantesque usine de Foxconn à Shenzhen, en Chine, pour discuter avec quelques-unes des 430 000 personnes (!) qui y travaillent - et il en a tiré un spectacle à faire dresser les cheveux sur la tête. Des employés qui vivent sur place, entassés à 16 dans des dortoirs de 144 pieds carrés (15 mètres carrés) et qu’on réveille en plein milieu de la nuit si une livraison d’écrans arrive plus tôt que prévu, pour accélérer le travail. Des quarts de travail de 12, 16 heures à tous les jours - et un gars qui meurt d’épuisement après avoir travaillé 37 heures consécutives. Des employés congédiés et laissés sans ressources après que le mouvement répétitif de leur travail leur ait détruit les mains. Tout ça, pour des salaires dérisoires… On peut écouter la moitié du spectacle dans un épisode de l’émission de radio américaine This American Life disponible en baladodiffusion; décourageant, mais informatif. Puis, le New York Times a mené sa propre enquête, qui confirme essentiellement la même chose, et plus.
 
Résultat: des pétitions ont apparu en ligne (ici et ici) pour tenter de convaincre Apple, notamment, de faire en sorte que ses produits soient fabriqués de façon plus éthique, que ce soit en obligeant ses fournisseurs à traiter leurs employés convenablement ou en rapatriant la production dans des pays où les règles sont plus sévères.
 
En pourtant…
 
Et pourtant, le gouvernement du Brésil a accordé des privilèges fiscaux à Foxconn dans le but d’attirer 5 nouvelles usines chez lui. Et pour beaucoup de Chinois, un travail ardu et potentiellement dangereux est tout de même préférable à la misère qui sévit un peu partout, notamment dans les campagnes, comme le démontre la file d’attente de plus de 200 mètres qui s’est formée lorsque l’entreprise a annoncé qu’elle souhaitait embaucher 100 000 nouveaux employés, possiblement en vue du lancement du iPad 3 et/ou du iPhone 5.
 
Comme le dit le proverbe: entre deux maux, il faut choisir le moindre. Mais il n’est pas toujours facile de savoir lequel est lequel.