Le déclin (peut-être...) du cinéma 3D

Avec Avatar on a mis la barre très haute. Le film de James Cameron a relancé la mode du cinéma 3D avec une technologie irréprochable, au service d’une histoire (un peu mince…), dans un univers visuel délirant et très riche. Le long-métrage a rapporté presque 3 milliards de dollars au box-office et convaincu les grands studios hollywoodiens que la 3D allait sauver l’industrie. La preuve, Alice in Wonderland , sortie en salle quelques mois plus tard, avec des effets 3D rajoutés en post-production (alors que ce n’était pas nécessaire) faisait exploser les tiroirs-caisses partout dans le monde. Il n’en fallait pas plus pour que les génies du marketing des studios poussent dans le dos de leurs patrons pour qu’ils mettent de la 3D partout.

Le problème, c’est que pour un Avatar ou encore le merveilleux How to Train your Dragon, il y a eu beaucoup trop de Cats & Dogs: The Revenge of Kitty Galore 3D, The Last Airbender 3D et le célèbre Clash of the Titans 3D. Ce dernier film a été un succès commercial malgré la mauvaise qualité des effets 3D. À partir de là, c’est l’avalanche.

Dinosaure 3DOn peut faire gober n’importe quoi aux amateurs deux ou trois fois mais il ne faut pas les prendre pour des imbéciles. Maintenant que l’effet de nouveauté est passé, on remarque une baisse des ventes de billets pour les versions 3D de quelques grosses productions récentes. Kung Fu Panda 2 n’a fait que 45% de ses recettes en 3D à son premier long week-end en salle et, plus inquiétant encore pour les studios. Pirates of the Caribbean: On Stranger Tides, un film-évènement, a été plus populaire en 2D (53% des recettes jusqu’à maintenant) qu’en 3 dimensions. Des chiffres qui font conclure à certains observateurs que les consommateurs américains rejettent la 3D.

Pour l’instant, les comptables des studios ne sont pas trop inquiets. Si les résultats ne sont pas satisfaisants en Amérique du Nord, c’est une toute autre histoire pour les marchés étrangers où le cinéma en 3D est un phénomène encore nouveau. Disons qu’ils vont suivre les résultats financiers de prêt au cours des prochains mois.

Surtout qu’entre mai et septembre, Hollywood aura distribué 16 films en format 3D (c’est 2 fois plus qu’à l’été 2010), parmi lesquelles des méga grosses tartines comme Transformers: Dark of the Moon et la deuxième partie du 7e volet de la saga Harry Potter. Un dossier à suivre…

Headache GuyEn terminant, pour ceux d’entre vous qui haïssent la 3D parce qu’elle donne des maux de tête ou des nausées, mais qui doivent y aller de temps à autres pour faire plaisir à un être cher (qui-est-très-insistant-et-qui-ne-peut-se-passer-de-vous-maudit-dépendant-affectif), il y les lunettes 2D. Essentiellement, elles sont conçues pour aplatir l’image et éviter de s’arracher les yeux pour ceux qui y sont plus sensibles. Si vous avez envie du gadget, c’est 10 dollars incluant les frais de livraison.