Le Magasin des suicides: le premier film d’animation en 2D relief

Source : TouTenKartoon

Cela fait maintenant 3 ans que Patrice Leconte (La Veuve de Saint-Pierre, Les bronzés) travaille sur son premier film d’animation, une adaptation du roman Le Magasin des suicides de Jean Teulé. Et depuis les tous débuts, le réalisateur français prépare le long-métrage afin qu’il soit vu dans une toute nouvelle forme de 3D cinématographique: le 2D relief.

La technologie est une création exclusive des studios d’animation TouTenKartoon (oui, je sais, moi aussi j’adore le nom) — membre de ToonAlliance — qui possèdent des locaux à Angoulême, en France, et à Montréal. J’ai récemment pu visiter leurs bureaux de la rue Ste-Catherine où la majorité du travail de post-production est effectuée.

J’ai alors eu le privilège de rencontrer le président de la compagnie, M. Jean-Louis Rizet, qui, en plus de m’avouer être un fan de Ztélé, m’a expliqué ce qu’est le 2D relief.

Magasin des suicides

Il s’agit d’une nouvelle technologie qui avait été créée par les studios avant le projet de film de Leconte et qui a été développée au cours des dernières années. Elle permet de transposer des dessins en 2 dimensions dans l’espace afin de créer l’impression de profondeur, sans les transformer en dessins 3D. Plus clairement, le logiciel permet de prendre les dessins en 2D et de les disposer à différents niveaux de profondeur dans ce qu’on appelle l’espace Z (un peu comme si vous preniez divers dessins faits sur des feuilles de papier et que vous le placiez les uns devant les autres, avec une certaine distance entre eux).

L’effet est particulièrement impressionnant et il permet de ne pas altérer les images très artistiques du Magasin des suicides, qui est, comme M. Rizet l’a souligné, un véritable chef-d’oeuvre. (Note: Le long-métrage sera aussi présenté en 2D en salles, mais vous manquerez quelque chose.)

Magasin des suicides

Le film, comme je l’ai mentionné précédemment, est une adaptation d’un roman de Jean Teulé qui a connu un énorme succès en France. Il s’agit d’une comédie noire se déroulant dans une boutique où l’on vend tout ce dont vous avez besoin pour en finir avec la vie, avec une garantie de satisfaction («Mort ou remboursé»). Tout va mal dans cet univers et c’est tant mieux, surtout pour la famille Tuvache, propriétaire du magasin, jusqu’au jour où naît leur 3e enfant, Alan. Car ce dernier est atteint d’une incurable «joie de vivre», qui se révèle, comble du malheur, contagieuse.

Malgré le ton un peu sinistre du long-métrage (même si l’extrait que j’en ai vu était très drôle), Le Magasin des suicides aura un classement 13 ans et plus, puisque le réalisateur a changé la fin tragique du roman. Il existe une bande-annonce pour le film (en anglais sous-titré, malheureusement), que voici:

Le Magasin des suicides devrait prendre l’affiche lors du festival de Cannes, soit entre le 16 et le 27 mai 2012 (quoiqu’aucune date officielle n’a encore été donnée pour le Québec). Ceci signifie qu’afin de terminer le long-métrage, la compagnie TouTenKartoon a dû faire appel à d’autres compagnies d’animation québécoises. Une autre raison d’être fiers du film fait (en grande partie) chez nous, et d’aller le voir. Je sais déjà que moi j’irai.

Catégories