Le VHS refuse de mourir

Un peu comme le disque vinyle, la cassette VHS n’a pas complètement disparu. La plupart d’entre-nous avons gardé notre magnétoscope et quelques cassettes de nos films préférés ou de vidéos tournés pour une fête d’anniversaire. L’appareil accumule de la poussière dans un placard depuis plusieurs années et ne sera probablement jamais réutilisé mais, on ne sait jamais, il pourrait être utile. Peut-être qu’un jour, j’aurai envie de revoir ‘Un amour de coccinelle’…

Sledge HammerAprès tout, certaines personnes apprécient les images qui sautent, sont un peu floues, affichent des couleurs qui n’existent pas dans la nature, ou encore une trame sonore qui donne l’impression qu’on écoute le film avec des bouchons dans les oreilles. Je blague à peine. Il y a une clientèle pour les mauvais films d’horreur produits avec des petits, petits, budgets, surtout dans les années 80. On a tous vu. Le cerveau qui dégouline à été conçu avec du Jello et le sang est plus brun que rouge. Le cadrage est approximatif et les acteurs n’ont jamais pris un court d’art dramatique de leur vie.

Pour servir les amateurs du genre, des micro-distributeurs (Intervision, Drafthouse Films, Camp Motion Pictures, Massacre Video) ont choisi de se consacrer à la mise en marché de films d’horreur de série ‘D’ dans le format VHS, qui se prête bien à l’esthétique du genre. Et ça peut être une corvée. Souvent il est difficile de retracer les ayants droits et il faut reproduire les boîtiers et les étiquettes pour un produit obscur. Ça peut coûter cher.

Mais pour ceux qui aime, et considérant que ces films ont été tournés en vidéo dès le départ, il n’est pas question de les voir dans un autre format.

Et vous, avez-vous gardé votre magnétoscope?

Catégories