Les applications de messagerie gratuite coûtent cher aux opérateurs de réseaux

Il n’y a pas si longtemps, les textos constituaient une mine d’or pour les géants des télécommunications. À 0,10$ pièce (vous vous en rappelez?), ces petits messages qui ne consommaient pratiquement pas de bande passante dépassaient en rentabilité à peu près tous les autres services imaginables. Avec le temps, les forfaits «textos illimités» ont quelque peu grugé dans la marge de profit en encourageant les usagers à multiplier les communications écrites - et ainsi à réduire le nombre et la durée de leurs appels cellulaires. Et ce n’est pas fini, puisque les applications de messagerie gratuite sont en train de dévorer ce marché autrefois lucratif.

Une étude menée par la firme Ovum estime que la popularité grandissante de services de messagerie textuelle gratuite, comme WhatsApp et iMessage, entraîne des pertes de revenus significatives pour les opérateurs de réseaux cellulaires. Ces pertes, qui étaient déjà de l’ordre de 8,7 milliards de dollars en 2010, pourraient atteindre 54 milliards$ en 2016 à l’échelle mondiale. La part des textos dans les revenus non reliés aux conversations vocales de ces entreprises passerait ainsi de 45% cette année à 35% dans quatre ans.

Les opérateurs devront donc trouver de nouveaux services à offrir à leurs clients s’ils souhaitent maintenir leur profitabilité au niveau actuel. Il sera intéressant de voir ce qu’ils pourront inventer...

Source: Phys.Org

Photo: LearningLark, Flickr