Les cotes de fiabilité des véhicules - Faut-il s’y fier?

S’il faut se fier aux données de Consumer Reports, la division Jeep de Chrysler serait la plus fiable parmi les véhicules américains.

Pour les acheteurs d’automobile neuve, la fiabilité est l'un des éléments importants à prendre en considération. Les voitures se vendent généralement cher et les coûts de réparation une fois les garanties terminées sont parfois exorbitants. Mais s’il fallait autrefois se contenter de la rumeur publique pour déterminer la fiabilité d’une auto, aujourd’hui, les choses ont beaucoup changé.

Il est possible de savoir quels modèles sont à éviter. Les sources les plus sérieuses qui nous permettent de connaître la fiabilité d’une auto sont les sondages de la firme J. D. Powers et les jugements de la revue Consumer Reports. Pourtant, même si elles sont respectées dans toute l'Amérique, ces deux sources obtiennent leurs informations différemment.

 

Comment fait-on pour savoir?

Dans le cas de la firme J.D. Powers, il y a deux cotes d'appréciation pour chaque véhicule. Lorsqu'on parle de l'index de satisfaction de la clientèle publiée par cette entreprise, le fameux ISC ou CSI en anglais, on ne fait pas uniquement état de la fiabilité du véhicule. Souvent, cet élément est l'un des moins importants de leur sondage. L’ISC est établi d’après la façon dont le client est servi par le concessionnaire et différentes autres choses comme la propreté de la voiture lors de la livraison. Ces informations sont fournies à l'entreprise par les clients qui ont rempli un formulaire reçu de leur concessionnaire. Pour ce qui est de la fiabilité elle-même, elle est évaluée grâce à un groupe de concessionnaires qui ont accepté de travailler en collaboration avec J. D. Powers en lui transmettant chaque jour les résultats des travaux effectués sur les véhicules incluant les réparations sous garantie et une foule d'autres choses qui figurent dans une base de données. Enfin, dernier élément, cette maison de sondages expédie un questionnaire aux mêmes propriétaires quelques années plus tard afin d’établir un palmarès de fiabilité à long terme.

Tous ces résultats ne sont pas disponibles pour le grand public. Il faut souscrire à J.  D. Powers pour avoir droit aux informations. Par ailleurs, la compagnie publie de temps à autre la liste de ses meilleurs choix et permet également à ses souscripteurs de dévoiler les résultats individuels.

Quant à la revue Consumer Reports − qui appartient à l'Union des consommateurs des États-Unis −, elle compte plusieurs millions d’abonnés et plus de 1,3 million d’entre eux répondent  chaque année à un questionnaire détaillé afin de déterminer la fiabilité des marques et de leurs modèles. Puis, une fois tous ces éléments colligés et compilés, on retrouve une fiche d'évaluation pour chaque voiture. Il faut également mentionner que cette Union effectue des essais routiers et achète les véhicules testés. Sur ces fiches, un point noir signifie une très mauvaise note. Les points rouges soulignent un sans-faute ou presque. En plus, certains modèles sont recommandés dans le but de faciliter la sélection des acheteurs.

Au Québec, la revue Protégez-vous publie une édition annuelle avec la collaboration de l’APA et fait ses recommandations. Ses cotes sont assez similaires à celle de Consumer Reports et cette publication à l’avantage d’être en français. Quant aux recommandations du Guide de l'auto en matière de fiabilité, elles sont le fruit de l'expérience des auteurs, de la consultation des listes de J.D Powers and Associates et de Consumer Reports.

 

Faut-il s'en inspirer?

Ces publications basées sur les réponses du public ne relèvent pas de la science exacte. Il arrive souvent que ce soient les gens insatisfaits qui ont tendance à régler leurs comptes avec le constructeur... Il y a également les inconditionnels d’une marque qui feront l'impossible pour avantager le produit qu'ils préfèrent. Et il y a cette majorité silencieuse qui se tait.

En fait, les seuls qui connaissent vraiment la fiabilité des véhicules sont les constructeurs automobiles. Les réparations sous garantie, les ventes de pièces usagées et les travaux effectués par le concessionnaire leur donnent une idée très exacte de la fiabilité d'une auto ou, justement, de son manque de fiabilité.

Le public a quand même de bons moyens pour se faire une idée de la fiabilité des voitures sur le marché. S’informer auprès des autres conducteurs est toujours valable. Vous pouvez par la suite mettre ce verdict en comparaison avec le Guide de l'auto, la revue Protégez-vous et Consumer Reports. Si un véhicule est bien coté partout, vous pouvez l’acheter sans trop d’appréhension. Si le jupon retrousse quelque part, mieux vaut effectuer une seconde enquête.

Enfin, la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que les voitures n’ont jamais été aussi fiables. Par contre, les bris mécaniques sont beaucoup plus onéreux une fois la garantie terminée. Il est donc sage de s’informer avant de signer.