Les joueurs sont-ils trop exigeants pour permettre l’innovation?

Dans une entrevue avec le magazine officiel de la XBOX 360 au Royaume-Uni, Jade Raymond d’Ubisoft disait qu’une des raisons pour lesquelles les «gros» jeux innovent rarement est que les joueurs exigent la perfection. Selon elle, les «anciens» gamers étaient plus tolérants envers les tentatives un peu bizarres qui pouvaient fonctionner ou pas, tandis que le marché de masse d’aujourd’hui s’attend à ce que tout soit parfait, tout le temps... Ce qui incite les développeurs à couper les innovations avant de lancer un jeu si celles-ci ne sont pas 100% optimales du premier coup.

C’est une façon intéressante de voir le problème, mais selon moi elle est incomplète. La raison pour laquelle les les développeurs doivent couper les tentatives expérimentales imparfaites, c’est que les éditeurs de jeux AAA ont bâti leur modèle d’affaires sur des ventes de 10 millions d’unités: quand un jeu coûte 20 millions$ à développer et presque autant à mettre en marché, la marge de manoeuvre est pratiquement nulle: il FAUT vendre à beaucoup, beaucoup de monde, et les gamers qui seraient prêts à donner une chance à un truc bizarre ne sont tout simplement pas assez nombreux. Psychonauts, par exemple, était une merveille, mais il ne s’est pas vendu. Alors, Tim Schaffer s’est vu proposer/imposer des projets moins créatifs... Et il a dû faire appel à Kickstarter quand il a voulu créer un jeu vraiment à son goût.
 
Ceci dit, la situation est beaucoup moins déprimante qu’elle ne l’a déjà été puisqu’il existe plusieurs marchés alternatifs où l’on peut trouver des jeux extraordinairement originaux qui n’ont pas coûté à leurs développeurs le budget d’une nation d’Amérique centrale et qui peuvent donc être viables à plus petite échelle. Ce qui n’était pas vraiment le cas avant l’apparition de XBOX Live Arcade, du PlayStation Network, de iOS et d’Android. Je vous parlerai d’ailleurs bientôt à l’émission de Papo & Yo , une pure merveille développée au Québec qui déploie des trésors d’innovation - et qui, comme on l’achète en ligne, ne coûte que 15$.
 
Photo:Stéfan