Les moustiques choisissent leurs proies à l’odeur

Vous vous demandez pourquoi vous vous faites constamment dévorer par les maringouins pendant que votre conjoint(e), pourtant assis(e) juste à côté de vous et bien plus appétissant(e) à vos yeux, s’en tire sans la moindre piqûre? Vous pouvez toujours essayer de changer de savon, ou de désodorisant, ou d’habitudes d’hygiène corporelle.

C’est que selon une recherche menée à l’Université Notre Dame, aux États-Unis, les moustiques possèdent un sens de l’odorat extraordinairement développé qui leur permet de reconnaître une bonne source de sang bien chaud et bien savoureux à distance. Par exemple, des récepteurs dans les antennes du moustique responsable du virus du Nil occidental détectent dans l’air des concentrations minuscules d’une molécule émise par la peau humaine, le nonanal. Heureusement, le même «nez fin» des moustiques leur permet aussi de détecter la présence de DEET, la molécule que l’on retrouve dans la plupart des chasse-moustiques commerciaux, et de le fuir.
 
Rien ne garantit que de changer de marque de parfum ou vous laver quatre fois par jour vous permettra de masquer efficacement votre «signature olfactive» aux yeux et au nez des vilaines bibittes, mais ça vaut tout de même la peine d’essayer. Et si ça ne fonctionne pas, consolez-vous en vous disant que la majorité des moustiques passent beaucoup plus de temps à harceler des plantes et à leur sucer le glucose qu’à piquer des êtres humains...
 
Source: Phys.Org 
Image: Gamma Man Eli Christman, Flickr