Les rencontres en ligne, c’est du solide

C’est du moins la conclusion d’une étude scientifique qui a suivi 19 131 couples qui s’étaient mariés après s’être rencontrés en ligne et dont seulement 7% s’étaient séparés ou avaient divorcé au moment de l’étude, comparativement à 40% ou 50% de taux d’échec des mariages en général.

Évidemment, les rencontres en ligne constituent un phénomène plutôt récent. Il aurait fallu être joyeusement précoce pour se marier en 1986 après avoir subi un coup de foudre sur un BBS alimenté par un Apple II équipé d’un modem à 1 200 bps. Et de fait, l’étude n’a observé que des couples qui s’étaient mariés depuis moins de sept ans. Or, seulement la moitié des divorces se produisent au cours des sept premières années d’un mariage - mais la moitié de 40% ou 50%, c’est quand même plus que 7%, ce qui semble au moins justifier que l’on poursuive la recherche à plus long terme, n’est-ce pas?
 
Notez que l’étude a été financée par un site de rencontres, eHarmony, mais que les chercheurs affirment que des statisticiens indépendants ont vérifié les chiffres pour éviter tout abus.
 
Et dans le fond, un taux de succès plus élevé pour les relations qui commencent en ligne semble tout à fait raisonnable. Que l’on soit acoquiné par un algorithme qui compare nos champs d’intérêt ou que l’on fasse connaissance dans World of Warcraft, on sait au moins qu’on a quelque chose en commun. Tandis que quand on se rencontre dans un bar, l’esprit embrouillé par quatorze martinis, à deux heures du matin...
 
Source: Marketwatch