Mazda3 2014: Condamnée à réussir

Mazda vient de dévoiler la troisième génération de sa compacte au Center 548, un studio situé dans le quartier de Chelsea à New York. Et le défi est de taille. En effet, la Mazda3 est le modèle le plus vendu du constructeur d’Hiroshima. Avec des ventes annuelles représentant plus de 30 % des ventes totales de Mazda au niveau mondial, pas besoin d’insister sur son importance. Son arrivée n’est pas une surprise car son remaniement est logique dans la liste des nouveautés chez ce constructeur. Les CX-5 et Mazda6 l’ont précédé : il fallait une présence plus visible dans les catégories des VUS compacts, tandis que les ventes en demi-teintes de la berline intermédiaire avaient besoin d’être stimulées. Quant à la Mazda3, ses ventes ne fléchissaient pas, bien au contraire. L’utilisation partielle de la technologie SKYACTIV a permis à ce modèle de se débrouiller fort bien face à la concurrence.

Ceci dit, le temps était venu de moderniser la compacte de la famille aussi. Pour la première fois de son histoire, elle offrira un modèle combinant le design inspiré par la philosophie Kodo, le système SKYACTIV au complet et l’i-ACTIVSENSE qui regroupe une foule d’éléments favorisant la sécurité active et passive. Notez que seul le modèle hatchback est présenté pour l’instant alors que la berline sera dévoilée plus tard.

Une évolution gagnante


Les voitures connaissant beaucoup de succès comme la Mazda3 sont un heureux problème pour l’équipe affectée à la prochaine génération. En effet, puisque la silhouette actuelle plaît, on sait ce qui influence les acheteurs sur ce plan. Mais de là vient la difficulté. Il ne faut pas renier le passé, mais il faut également aller de l’avant avec une silhouette plus moderne. La philosophie de design Kodo permet justement de rompre quelque peu avec le passé tout en conservant une allure familière.

La transformation la plus radicale se situe au niveau de la calandre. Les stylistes ont délaissé le controversé sourire de clown pour adopter une grille en cinq points dont la partie centrale est constituée de barres transversales noires donnant l‘impression que la voiture est plus large qu’elle ne l’est en réalité. La calandre surplombe une large prise d’air tandis que sa partie inférieure est cerclée de chrome.

Les feux de route sont elliptiques et s’effilent vers l’arrière alors que les clignotants sont situés sur la partie arrière. La voie avant est large et donne plus d’aplomb à la voiture sur la route. Les porte-à-faux très réduits accentuent cet air de petit bouledogue. Les parois latérales ne sont pas cintrées, mais une volute en relief sur la partie inférieure fait croire que c’est le cas. Le fait que la portière arrière déborde sur l’aile donne une impression de compacité et de sportivité. Quant à la section arrière, ses minces feux horizontaux et différents attributs font presque passer pour la Mazda3 pour une voiture une exotique.

Dans l’habitacle, la qualité des matériaux est meilleure qu’auparavant même si la Mazda3 n’était pas à la traine à ce chapitre. On retrouve le même dépouillement que sur la Mazda6, mais peut-être en raison de dimensions plus modestes cela parait mieux agencé. Les commandes sont simples, sobres et faciles d’accès tandis que l’assemblage est impeccable. Le volant, les cadrans et les sièges offrent une présentation similaire à ce qu’on voit dans les CX-5 et Mazda 6. Cependant, l’écran à affichage par DEL n’est pas intégré dans la planche de bord mais en relief sur le rebord. Ce nouvel écran affiche la vitesse du véhicule, les renseignements du système de navigation et d’autres informations importantes sur un panneau transparent vertical derrière le capot du bloc d’instruments. C’est de loin supérieur au minuscule écran de la version 2013. Le nouveau design du bloc d’instruments comprend un indicateur analogique central, entouré d’une paire d’écrans numériques en forme d’aile. Le cadran de l’indicateur central comporte des chiffres en métal tridimensionnels, qui soulignent la finition soignée de l’habitacle. Un anneau rouge autour de l’indicateur central commence à palpiter dès que le conducteur ouvre la porte. L’écran de conduite actif s’élève lorsque le commutateur d’allumage est mis à la position ON. Certains modèles pourront même être commandés avec l’affichage de type tête haute, une première pour cette catégorie.

La longueur hors tout est légèrement plus courte aussi bien sur la berline que sur le hatchback. La hauteur a été réduite de 15 mm tandis que la largeur a progressé de 40 mm. Quant à l’empattement, il est plus long de 60 mm. La carrosserie a été allégée d’environ 90 kg, selon le modèle, tandis que tous bénéficient d’une rigidité accrue de 30 %.

100 % SKYACTIV


Contrairement à la version qu’elle remplace, la nouvelle « 3 » propose une motorisation 100 % SKYACTIV, ce qui signifie que les moteurs sont dorénavant dotés du collecteur d’échappement 4-2-1 qui était absent en raison d’un manque d’espace. Bien entendu, la plateforme est inspirée du concept SKYACTIV en matière de réalisation et il en est de même des éléments de suspension. Le niveau de sportivité devrait être amélioré.
Selon les régions commerciales, quatre moteurs seront offerts. Pour l’Amérique du Nord, les quatre cylindres de 2,0 litres et 2,5 litres seront disponibles, les deux étant couplés de série à une boite manuelle à six rapports tandis que l’automatique à six rapports est en option. Sur certains autres marchés, un quatre cylindres de 1,5 litre et un diésel de 2,2 litres sont au catalogue. Sur le marché japonais, un modèle à motorisation hybride sera commercialisé pour la première fois.

Le moteur 2,0 litres produit 155 chevaux et 150 lb-pi de couple tandis que le 2,5 litres génère 184 chevaux et 185 lb-pi de couple. Dans les deux cas, ce rendement devrait assurer des performances relevées pour la catégorie. Soulignons au passage que la direction est à assistance électrique tandis que les freins ont été perfectionnés afin d’optimiser leur efficacité et réduire la friction. Détail à mentionner : un volet d’air actif installé devant le radiateur s’ouvre et se ferme automatiquement selon les conditions de la route. Cela améliore la performance aérodynamique et contribue à des gains d’économie en carburant.

En plus, le système de récupération d’énergie i-ELOOP, une exclusivité Mazda, fait appel à un condensateur pour stocker l’énergie produite quand la voiture ralentit. Ce système améliore l’économie de carburant en réduisant la quantité d’électricité requise du moteur.

Sur cette nouvelle venue, la sécurité n’a nullement été négligée. Sous le vocable i-ACTIVSENSE un bouquet de technologies faisant appel à des capteurs tels que des radars à ondes millimétriques et des caméras aident le conducteur à reconnaitre les dangers, à éviter les collisions et à réduire au minimum les dommages en cas d’accident. Il y a aussi le système de commande de feux de route (HBC) qui alterne automatiquement entre les feux de route et les feux de croisement; le système de surveillance des angles morts (BSM) qui détecte les véhicules qui approchent dans les angles morts sur les côtés et à l’arrière et émettent une alarme pour aider le conducteur. Sans oublier le système d’avertissement de sortie de voie (LDWS) qui informe le conducteur si le véhicule s’apprête à sortir de la voie. Et aussi  le système d’avertissement d’obstruction frontale (FOW) qui émet des alarmes visuelle et auditive pour avertir le conducteur qu’il y a un risque élevé de collision.

Arrivée en septembre


Cette nouvelle génération sera commercialisée au début de l’automne au Canada. Les voitures seront initialement produites au Japon. Compte tenu de l’élégance et la sportivité de la silhouette, sans oublier un choix de moteurs aussi performants qu’économes en carburant, il n’est pas nécessaire d’être un devin pour prévoir une popularité encore plus grande qu’auparavant.