Melancholia: Quand Lars von Trier fait de la science-fiction

Quand on parle de Lars von Trier, la plupart des gens pensent à Danser dans le noir avec la chanteuse islandaise Björk, Dogville avec Nicole Kidman (À la croisée des mondes: La boussole d’or) ou même plus récemment à Antéchrist avec Charlotte Gainsbourg (La science des rêves) et Willem Dafoe (L’Aube des survivants). Mais le réalisateur danois n’a pas toujours donné dans le drame et il fut même un temps où son domaine était plutôt l’horreur et le surnaturel (comme la série Riget, ou L’hôpital et ses fantômes en version française). Pour son plus récent long-métrage, Melancholia, le réalisateur s’est cette fois tourné vers la science-fiction, mêlée au drame, alors que l’on pourra assister à la fracture d’un mariage dès son commencement, sur fond d’apocalypse.

Dans le film, une planète flottante nommée Melancholia, longtemps cachée derrière le Soleil, sera sur une trajectoire de collision avec la Terre. Dans ce contexte de fin imminente, les relations entre les personnages, notamment 2 soeurs, seront mises en péril:


Melancholia mettra en vedette Kirsten Dunst (Spider-Man), Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland (24 heures chrono), Alexander Skarsgård (True Blood) et son père, Stellan Skarsgård (Thor). John Hurt (Merlin, Harry Potter) et Charlotte Rampling (Never Let Me Go) feront aussi partie de la distribution.

Le film prendra l’affiche le 26 mai prochain au Danemark, il n’y a pour l’instant pas de date de sortie pour le Canada.