Mercedes-Benz Classe B, une pause pour mieux revenir en 2013

Le segment des voitures compactes a toujours été populaire au Québec. Et depuis la flambée des prix de l’essence, cet engouement gagne du terrain ailleurs au pays. Toutefois, si on apprécie l’économie de carburant que permet ce type de véhicules, plusieurs personnes ne désirent pas pour autant mettre de côté le luxe, le prestige et l’équipement. C’est exactement la mission de la Classe B de Mercedes-Benz : offrir tout le luxe et le confort des autres modèles du constructeur, dans un format plus compact et économique.

Encore et toujours une exclusivité canadienne

On dit souvent que le marché des États-Unis dicte ce qui se passe chez nous au Canada, mais il arrive que certains constructeurs osent défier cette quasi-norme. C’est le cas de Mercedes-Benz qui a introduit, en 2005, la Classe B, une voiture qui devenait le véhicule à l’étoile d’argent le plus abordable. Qui plus est, la Classe B n’était pas proposée chez nos voisins du sud. Alors que la seconde génération est à nos portes, tous croyaient que la Classe B traverserait cette fois la frontière, mais il semble que ce ne soit toujours pas le cas, pas pour les deux ou trois prochaines années du moins.

Si vous vous pointez chez votre concessionnaire afin de vous procurer un modèle 2012, sachez que vous reviendrez bredouille. Il n’y a simplement pas de Classe B cette année. Le constructeur continuera à écouler les modèles 2011 alors que la prochaine génération sera offerte au Canada à l’automne 2012, en tant que modèle 2013. Puisque cette nouvelle génération est déjà offerte en Europe, nous avons eu l’occasion de faire quelques tours de roue, histoire d'en connaître davantage sur cette nouvelle mouture.

Une familiale, non une Sports Tourer

Voilà la manière dont le constructeur décrit la nouvelle Classe B 2013. En l’apercevant, on note inévitablement un changement de configuration. La génération actuelle se présentait sous les traits d’une petite minivan, et pouvait en fait être qualifiée de « Mazda5 ou de Kia Rondo pour les plus nantis ». Toutefois, cette configuration ne faisait pas l’affaire de tous et plusieurs auraient préféré un style un peu plus inspirant. C’est pourquoi l’édition 2013 hérite de lignes qui s’apparentent davantage à une familiale à hayon. Cela ajoute inévitablement au dynamisme de la voiture et rend le modèle un peu plus désirable pour la masse. L’avant profite du style insufflé aux nouveaux véhicules de Mercedes-Benz, soit un carénage plus angulaire et une grille plus proéminente.

La Classe B 2013 repose sur une toute nouvelle plate-forme. Elle est d’ailleurs la première à en bénéficier. Elle profite d’une hauteur réduite de 47 mm, elle est aussi plus large de 12 mm et plus longue de 86 mm, ce qui change drastiquement ses proportions. Voilà en fait l’élément principal de son nouveau style moins minivan.

Bien entendu, Mercedes compte bien rentabiliser cette nouvelle plate-forme. On retrouvera sous peu de nouveaux modèles — quatre selon le constructeur —  issus de cette dernière, probablement une berline compacte quatre portes et certainement un nouveau VUS compact.

Un seul moteur, tout nouveau

En Europe, la Classe B est proposée avec quatre moteurs : deux diesels de 1,6 litre de 109 et 136 chevaux, et deux moteurs à essence de 1,6 litre développant 122 et 156 chevaux. Aucune de ces motorisations ne sera proposée au Canada. Mercedes offrira un tout nouveau moteur à essence qui devrait trouver une première application sous le capot de la B. Puisque les détails concernant cette nouvelle mécanique sont toujours secrets, on ne peut vous en dire plus pour l’instant. La seule certitude concernant le groupe motopropulseur est la présence de la nouvelle boîte automatique à double embrayage à sept rapports, la seule qui sera proposée. Adieu la boîte manuelle.

Voilà qui maximisera certainement la consommation de carburant du véhicule, surtout qu’un système « Start/Stop » sera aussi proposé, ce dernier stoppant automatiquement le moteur lorsque le véhicule est à l’arrêt. Le constructeur mise également sur un excellent coefficient de traînée pour réduire la consommation du véhicule.

Plus sophistiquée à bord
À l’intérieur, la Classe B adopte le style insufflé à la Classe C : un look plus classique et sophistiqué que dans le cas de la première génération. Cette transformation se fait toutefois au prix d’une moins bonne visibilité. Que voulez-vous, style et efficacité vont rarement de pair. Les dimensions accrues de la voiture permettent aussi de minimiser l’impact de son nouveau style en ce qui a trait à l’espace de chargement. On apprécie le nouveau tableau de bord avec les buses d’air inspirées de celles de la SLS, le super bolide du constructeur. Les matériaux utilisés forment un habitacle élégant, et quelques options proposées vous permettront de personnaliser le tout. Du reste, les nombreuses commandes du tableau de bord demeurent intuitives, bien en vue et simple à comprendre.

Pratique, le large hayon révèle un espace cargo relativement généreux pour une voiture de cette catégorie. Histoire de maximiser le tout, les ingénieurs proposent le système Easy-Vario-Plus qui permet de moduler la zone de chargement selon vos besoins. Vous pourrez notamment abaisser le plancher afin de créer plus d’espace en hauteur ou le remonter de quelques centimètres pour obtenir un plancher plat. Le dossier du siège du passager peut aussi être rabattu vers l’avant afin de faciliter le transport d’objets plus longs.

Quelques impressions de conduite

Bien entendu, les impressions recueillies sur les moteurs européens n’ont que peu de valeur puisque nous aurons droit à une mécanique différente pour le Canada. Toutefois, on peut déjà se faire une bonne idée du comportement de la Classe B 2013. Sur la route, la conduite de cette dernière s’apparente davantage à celle d’une voiture et l’effet « minivan » est largement atténué par une assise plus basse de 86 mm. Voilà qui procure un tout nouveau sentiment à bord de la voiture. Cet élément permet également d’obtenir un dégagement supérieur à la tête, et ce, malgré la hauteur réduite de la voiture.

Les ingénieurs ont monté à bord de la Classe B une toute nouvelle suspension à l’avant, plus légère en raison de l’utilisation d’aluminium, mais aussi un peu plus ferme, offrant ainsi une conduite plus dynamique. Cette suspension a aussi permis d’intégrer une direction à assistance électrique, permettant de retrancher quelques kilos supplémentaires. Ce changement est perceptible dans la conduite, mais aucunement problématique.

Bien entendu, la Classe B 2012 profite de nombreux système et équipement de sécurité. Elle propose notamment un système de détection d’angles morts, d’un régulateur de vitesse avec radar et d’un système d’avertissement précollision, tous des systèmes que l’on retrouvait normalement à bord des modèles plus cossus.

Avec cette seconde génération, Mercedes-Benz corrige ce que l’on reprochait à la Classe B. C’est maintenant une voiture qui devrait plaire davantage à la masse. Qui a dit que luxe et prestige ne rimaient pas avec voiture compacte?