Métier: ninja professionnel

par Rédaction 37e AVENUE le 2 août 2016
Ninja

«Quand j’étais jeune, je disais que je voulais devenir un ninja et les gens riaient de moi, a expliqué le ninja professionnel Chris O’Neill au magazine Seeker. Maintenant, c’est ce que je fais dans la vie!»

 

Chris O’Neill fait partie des 200 étrangers et des 35 Japonais à avoir envoyé leur CV à la ville d’Aichi (Japon) après que celle-ci eut diffusé une offre d’emploi pour engager des ninjas professionnels. Il a été le premier étranger à joindre la troupe de Hattori Hanzo et les ninjas.

 

Ce qu’il a trouvé le plus difficile lors du processus de sélection? « Ce n’était pas les acrobaties qui m’inquiétaient… mais l’entrevue. Il fallait parler japonais! J’étais tellement nerveux... »

 

Aichi est la ville d’origine de trois samouraïs légendaires: les unificateurs du Japon Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi et Tokugawa Ieyasu. Elle compte de nombreux châteaux, temples et terrains de bataille liés à son passé samouraï. Le château de Nagoya fait partie de ces attraits, avec ses lucarnes typiques et sa muraille de pierre.

 

« Les ninjas sont un outil de marketing », a expliqué Satoshi Adachi, le responsable du projet. Une troupe de ninjas professionnels donnent des spectacles à travers le monde, pour rappeler la mémoire des célèbres guerriers et augmenter la popularité de la ville en tant que destination touristique.

 

En fin de compte, l’initiative aura permis à quelques amateurs d’arts martiaux de vivre leur rêve de devenir de « vrais » ninjas. Emi Yamada fait partie du lot. Seule fille de la troupe, elle incarne une « kunoichi » japonaise, c’est-à-dire une assassine et espionne de l’époque médiévale.

 

Elle demeure la plus populaire de la troupe auprès des jeunes. Et elle ne se laisse intimider par personne : « Les filles ne sont aucunement inférieures aux gars. Et puis, nous, on a le girl power! » lance-t-elle en riant.