Multiplier la vitesse du wifi par 16 sans changer le matériel?

Vous avez parfois l’impression que votre connexion internet est bien plus lente que ce que l’on vous promet? Vous n’avez pas idée de la bande passante qui est gaspillée parce que certains «paquets» (de petits fragments de messages) se perdent en chemin, que ce soit à cause d’interférence, de faiblesse du signal ou d’une foule d’autres impondérables. Mais une équipe de chercheurs internationale vient de trouver une manière de régler une partie du problème sans rien changer à l’infrastructure.

Le problème: lorsqu’un paquet est perdu, il faut que l’expéditeur en renvoie une autre copie pour que le destinataire puisse reconstruire le message en entier. Ce qui implique de consommer de la bande passante - et peut-être plus qu’on pense, si le protocole de communication choisi exige que le destinataire demande spécifiquement (par un paquet envoyé dans l’autre direction) qu’on lui retourne ce qu’il n’a pas reçu, et surtout si ce destinataire doit absolument recevoir tous les paquets dans le bon ordre et qu’il «jette» tout ce qui a suivi le paquet perdu. Si 2% ou 3% des paquets transmis par un réseau se perdent en chemin, ce qui est loin d’être anormal dans un contexte sans fil, la performance globale du réseau peut ainsi se dégrader de 20%, 40% ou plus à cause des nombreux doublons transmis «pour rien».
 
La technique que les chercheurs ont développée permet de reconstruire à destination des données perdues. Essentiellement, au lieu d’envoyer des données, on envoie des équations algébriques qui décrivent comment assembler ces paquets: un peu comme si on expédiait l’équation «1 + 1 = 2» et que la réponse se perdait en chemin mais que le destinataire pouvait faire le calcul lui-même. (Mais en infiniment plus complexe, évidemment!)
 
Résultat: l’application de cette technique à un grand réseau wifi du MIT a permis de multiplier par 16 la vitesse d’une connexion: de 1 mégabit par seconde à 16. Sur un réseau cellulaire, la vitesse a été multipliée par 27!
 
Reste à voir si les manufacturiers d’équipement informatique pourront appliquer cette méthode à grande échelle. Si c’est le cas, des mises à jour logicielles aux routeurs pourraient augmenter de façon significative notre bande passante, sans rien changer au matériel. À surveiller...