Nissan Rogue 2014: L'âge de raison

Lignes toutes nouvelles pour le Nissan Rogue 2014

Lorsqu’il est apparu en 2008, le Nissan Rogue était destiné à une belle carrière. Qu’il a obtenu en devenant le véhicule Nissan le plus vendu au Canada. Néanmoins, plus le temps passait et plus le Rogue avait de la difficulté à suivre la parade. Car, il faut le mentionner, les VUS compacts se sont joyeusement raffinés au cours des dernières années. Dans le marché actuel, un VUS qui n’a pas changé depuis cinq ans ressemble à un aveugle essayant de comprendre le fonctionnement d’un iPhone dans un rave.

Nissan vient de mettre son Rogue au goût du jour. Très peu de similitudes avec l’ancien modèle. La structure est nouvelle, basée sur la plateforme Common Module Family (CMF) de Nissan, aussi partagée par Renault. À noter que notre Rogue est distribué sur le marché européen sous le nom X-Trail, un nom connu ici mais qui représentait un tout autre véhicule il y a quelques années.

Physique avantageux


On dit qu’un beau véhicule est plus facile à vendre qu’un moins avantagé… Le Rogue risque de connaître encore du succès! Ses lignes ne révolutionnent rien, mais tout est là pour plaire et elles ne se démoderont pas la semaine prochaine. Là où les progrès sont les plus marqués, c’est à l’intérieur. Le tableau de bord est enfin digne de porter ce nom avec ses beaux agencements de couleur, surtout quand la sellerie est beige. La plupart des matériaux sont de belle qualité en dépit de certains plastiques durs, principalement dans la partie inférieure de l’habitacle. Malgré cela, il s’agit d’une nette amélioration. Profitons de ce paragraphe sur l’habitacle pour mentionner le système NissanConnect qui fait une première apparition chez Nissan. Ce système, qui reprend ce qui se fait ailleurs, m’a semblé plutôt convivial et même s’il peut mener à la distraction quand on l’utilise, on a fait un effort pour éviter les pièges d’un système démoniaque comme le Sync de Ford.

Le Rogue se présente désormais, dans la version SV avec le groupe Famille, avec trois rangées de sièges. Sans doute que les designers ont dû trouver des trésors d’imagination pour créer cette ultime rangée. Et sans doute qu’il faudra des trésors d’imagination pour qu’un adulte la trouve confortable durant une randonnée le moindrement longue… Les Rogue qui ne possèdent pas trois rangées sont dotés du système Divide ‘N Hide qui permet, selon Nissan, pas moins de 18 configurations de coffre différentes. Des heures de plaisir en vue. La deuxième rangée, par contre, est très logeable et confortable. Tout comme les sièges à l’avant que mon douillet corps a accepté sans rechigner.

Mécanique connue


Nissan a peut-être été fort créatif du côté du style, elle l’a été moins du côté moteur! Le quatre cylindres QR25DE de 2,5 litres fait 170 chevaux à 6 000 tr/min et 175 lb-pi à 4 400 tr/min. Il n’a donc pas changé. Puisque le nouveau Rogue pèse 49 kilos de plus que celui de l’ancienne génération, on ne peut pas s’attendre à des performances à tout casser. Cependant, j’imagine que si l’on opte pour un Rogue, la performance et la sportivité ne sont pas des facteurs déterminants. En fait, la sonorité pour le moins « poche » du quatre cylindres en accélération est une indication très claire sur son enthousiasme au travail…

Même si ce moteur n’a pas gagné en puissance et qu’il doit traîner davantage de poids, les données de consommation ont diminué de 18 %. C’est en grande partie grâce à un meilleur aérodynamisme mais, surtout grâce à une nouvelle transmission CVT. D’ailleurs, sous le véhicule, on retrouve plusieurs astuces comme des plaques et des déflecteurs à profusion. À la faveur de ces améliorations, Nissan clame une consommation moyenne en ville de 8,2 l/100 km et de 6,2 sur la route pour un Rogue à rouage intégral et de 7,9 et 6,0 pour une traction.

Lors de nos essais, nous n’avons pas pu mesurer la consommation sur la route mais un parcours en ville uniquement nous a donné une moyenne très élevée. Il faut dire que nous n’avons pas ménagé notre pauvre Rogue! En effet, mon collègue et moi avons passé beaucoup de temps à tenter de trouver la différence entre le mode Sport (en activant un bouton sur le tableau de bord, à gauche du volant) et le mode Normal. À force d’accélérations subites ou douces, retenues ou sauvages et de vitesses basses ou élevées, nous avons fini par… demander à un technicien de Nissan qui nous a dit qu’en mode Sport, la CVT retenait des rapports virtuels plus longtemps. Ah bon… Bref, toutes nos stepettes ont contribué à faire dramatiquement augmenter la consommation sans faire ressortir le moindre comportement sportif... En usage normal, on peut s’attendre à beaucoup mieux au niveau de la consommation. Et sans nécessairement pouvoir en arriver aux chiffres de Nissan, j’imagine qu’on peut obtenir une moyenne de 8,2 ou 8,5 l/100 km sans trop d’efforts.

Comment ne pas ressortir du lot


Sur la route, le Rogue se comporte comme tout bon VUS contemporain en ce sens qu’il offre une conduite sans trop d’émotions mais sans décevoir non plus. Dans cette catégorie, seuls les Mazda CX-5 et Volkswagen Tiguan se démarquent vraiment du lot. La direction à assistance électrique du Rogue offre une résistante bien étudiée, sa précision est correcte cependant le retour d’information pourrait être meilleur. Les suspensions, à jambes de force à l’avant et multibras à l’arrière, procurent un excellent confort – du moins sur les routes en très bon état de la région de Nashville au Tennessee – et annihilent pratiquement tout roulis. Sauf si l’on pousse la machine, une envie que je n’ai ressentie que très temporairement et par simple souci de professionnalisme.

Le Rogue sera vendu avec les roues avant motrices ou à rouage intégral. À ce sujet, mentionnons qu’il s’agit du même mécanisme qui officiait dans la génération précédente. Les Rogue AWD ont droit au contrôle de l’adhérence en descente, un système qui se démocratise rapidement et qui, en se servant des freins ABS et du système de contrôle de la traction, permet au conducteur de descendre une pente sans avoir à toucher aux freins, ce qui pourrait entraîner un blocage des roues. Pour ceux que ça intéresse, l’angle d’approche est de 17,4 degrés, l’angle de rampe de 18,6 et l’angle de sortie 25,0. Si ça ne vous dit rien, ce n’est pas grave. Si ça vous dit quelque chose, c’est que vous aimez la conduite en hors route sérieuse et que le Rogue ne vous intéresse sans doute pas. Ce qu’il faut savoir, c’est que le rouage intégral – de pair avec de bons pneus d’hiver et une conduite mature – peut vous amener à bon port en toute sécurité même lorsque la chaussée est recouverte de quelques centimètres de neige.

Moins qu’un Pathfinder, plus qu’un Juke


La gamme Nissan en Amérique est l’une des plus hétéroclites qui puisse exister. Elle va de la basique Versa Note à l’extrême GTR et du bizarroïde Juke à l’immense Armada. Le Rogue est plus gros qu’un Juke mais plus petit qu’un Pathfinder qui, lui, est plus petit qu’un Armada. Désormais, le Rogue possède une gueule corporative (il ressemble davantage aux autres modèles Nissan qu’avant) et a un comportement routier tout à fait dans la norme. Et voilà que je me prends déjà à rêver d’une version NISMO!

Le Rogue 2014 sera en vente en décembre. Les prix n’ont pas encore été annoncés, mais j’imagine qu’ils s’aligneront sur ceux des ennemis jurés que sont les Toyota RAV4 et Honda CR-V. Comme le premier débute à 25 705 $ et le second à 25 990 $, on a déjà une bonne idée. On vous tient au courant dès qu’on a des nouvelles à ce sujet! Et à bien d’autres sujets aussi…

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Nissan Rogue SL TI 2014

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Concurrents

Chevrolet Equinox, Ford Escape, Honda CR-V, Hyundai Tucson, Jeep Compass, Jeep Patriot, Kia Sportage, Mitsubishi Outlander, Subaru Forester, Toyota RAV4, Volkswagen Tiguan

Points forts

Esthétique agréable
Confort relevé
Comportement routier sain
Bon niveau d'équipement

Points faibles

Puissance juste
Moteur bruyant en accélération
Mode Sport peu enthousiaste
Direction manque de "feedback"

Fiche d'appréciation

80.0 %

Valeur subjective

60.0 %

Esthétique

80.0 %

Confort

80.0 %

Performance

60.0 %

Appréciation générale

80.0 %