Les personnages d'horreur, d'hier à aujourd'hui

par Gaël Corboz
L'acteur Carlos Villarias dans le rôle de Dracula

Vampires, sorcières, loups-garous, fantômes, zombies...Depuis leur création, ces créatures ont conquis notre imaginaire collectifs, si bien qu'ils sont encore la vedettes dans bien des films et toujours des costumes de choix pour l'Halloween. Sauf que pendant toutes ces années, leur image a évolué avec les époques. Qu'en est-il maintenant ? Voici donc les personnages d'horreur, d'hier à aujourd'hui!

via GIPHY

Les vampires

Avant:

via GIPHY

L'interprétation de Max Schrek du compte Orlock dans le film Nosferatu en 1922 est resté à jamais gravé dans les mémoire. C'est l'image du vampire qui a dominé le 20e siècle.

Entre-temps:

via GIPHY

Dans les années 90, la trilogie Blade revisitait la mythologie du vampire en les personnifiant comme des créature comptemporaine voulant dominer le monde. Toujours aussi cruel et assoiffés de sang, ces vampires avaient aussi un certain goût pour la mode et les combats à l'épée (!!!).

Maintenant:

via GIPHY

En 2008, le film Twilight a vraiment tout scrappé. Des vampires sexy qui brillent au soleil ? WTF ? Peut-être que l'image romantique du vampire avait besoin d'être dépoussiéré, mais me semble que y'a des limites à passer l'aspirateur.

Les sorcières:

Avant:

via GIPHY

La sorcière du Magicien d'Oz contient tours les stéréotypes classiques: chapeau pointu, nez pointu, balai, vêtue de noir, bref la totale. Parfait pour faire peur aux enfants des années 30-40.

Entre-temps:

via GIPHY

Les années 70 ont vu naitre la sorcière next door, une femme de tous les jours pourvue de pouvoir. C'était cute, sexy et ça faisait changement, mais bon, on est quand loin de Salem. Cette version gentille de la sorcière a inspiré les créateurs des séries Sabrina, Charmed et bien d'autre.

Maintenant:

via GIPHY

Avec son allure gothique et sa cruauté, Maléfique a remis les pendules à l'heure. Fini les adolescentes en manque d'attention de The Craft et les gentilles sorcières au visage angélique. ÇA c'est de la sorcière!

Les loups-garous:

Avant: 

via GIPHY

Hé boy. On part de loin. À l'époque où les effets spéciaux et les maquillages étaient très très loin de ce qui se fait aujourd'hui, le loup-garou avait juste l'air d'un gars poilu avec un nez de chien et de mauvaises dents.

Entre-temps:

En 1981, le film Le loup-garou de Londres de John Landis amène le loup-garou au prochain niveau, celui du monstre en bonne et due forme. La scène de transformation est d'ailleurs encore et toujours un exemple à suivre. Ce film a inspiré tous ceux qui sont venus après.

Aujourd'hui:

via GIPHY

Et encore Twilight qui scrappe un personnage. Un loup-garou, c'est plus que juste un gros loup, cibole! Quessé ça, le poil tout propre ? Y'a bien la franchise Underworld qui essaie de garder l'essence de la créature, mais bon. 

Les fantômes:

Avant:

via GIPHY

Avant la venue du cinéma, un fantôme c'tait un genre de drap blanc avec des yeux noir qui vole. Il est devenu ensuite un spectre semi-transparent qui passe à travers les murs. On lui ajoutait parfois des chaines et c'était plutôt efficace. 

Entre-temps:

via GIPHY

Avec les années, le fantôme est devenu soit plus naturel, soit plus weird. Beaucoup de film les représentait sans chaines ou aura verdâtre, mais simplement comme des gens qui déambule dans l'autre monde en essayant d'avoir un impact sur le monde réel. S'il y a encore un aura, celui-ci est plus blanc, épuré. Bref, les fantômes sont des gens normaux, juste mort. Sinon, ils sont de toutes les formes et incarnations possibles. Preuve à l'appui:

via GIPHY

Aujourd'hui:

via GIPHY

Brrrrr! Depuis quelques années, les fantômes sont devenus des enfants au regard d'outre-tombe qui veulent nous tuer. Apparu en Asie dans des films comme The Ring, la représentation est depuis imprimé dans l'imaginaire collectif. Ce sont les plus freakant à date!

Les zombies:

Avant:

via GIPHY

Le plus jeune des monstres classiques, le zombie est né avec La nuit des morts-vivants de George A. Romero en 1968. Lent, mais affamé, avec juste ce qu'il faut de maquillage, il s'introduit avec fracas dans le genre horreur. Qu'il soit issue d'une messe noire, d'un accident nucléaire ou d'un virus, le zombie est toujours immensément populaire.

Entre-temps:

via GIPHY

En 2002, le film 28 Days Later de Danny Boyle propose une idée radicale: les zombie sont maintenant capable de rattraper Usain Bolt à la course et sont devenus plus agressif qu'un hippopotame sur le speed. Si c'est un virage à 180 degrés de l'origine, c'est tout de même une évolution bienvenue chez un personnage qui montrait ses limites.

Aujourd'hui:

via GIPHY

Ceux d'aujourd'hui ne cours plus aussi vite que des guépards, mais il sont devenus plus agiles, plus intelligents même s'ils restent des zombies. Une chose qui n'a pas changé depuis le début c'est la force du nombre. Y'a jamais juste un zombie, y'en a toujours 15 000. 

via GIPHY

Si vous êtes un amateur d'horreur et de sensations fortes, voici un endroit pour vous: Horrorland!