Porsche 911 Carrera 4 et 4S 2013

Graz, Autriche-

La neige a déjà recouvert les montagnes des Alpes autrichiennes. Les routes de la région de Graz sont détrempées. Composées de virages serrés et de courbes plus larges et rapides, ces routes serpentent à travers les montagnes, et de la glace est parfois présente dans les régions ombragées. La conjonction de tous ces éléments fait en sorte que les conditions sont idéales pour les Carrera 4 et 4S, premiers modèles à traction intégrale de la septième génération de la Porsche 911 Carrera.

Conduire un coupé 4S dans cet environnement plus exigeant provoque une vive exaltation au cours de laquelle tous les sens sont en alerte. Pour ajouter à l’expérience, j’ai sélectionné le mode Sport Plus qui rend la conduite plus incisive. Aussi, l’échappement sport permet d’apprécier au plus haut point toute la sonorité du moteur boxer six cylindres de 3,8 litres et 400 chevaux, alors qu’il flirte avec son régime maximal avant le passage au rapport supérieur via la boite à double embrayage. J’ai baissé les vitres juste pour entendre pleinement le son du moteur qui se répercute sur la face rocheuse de la montagne. Porsche exige un supplément de 3 370 dollars pour cet échappement sport offert en option mais, croyez-moi, une fois que vous l’avez entendu à l’œuvre, vous ne pouvez absolument pas vous en passer.

 

Génial

Nous faisons l’ascension d’une montagne sur une route en lacets où les virages en épingle se succèdent les uns après les autres. Freinage intense. L’ABS entre brièvement en action. Rétrogradage en deuxième ou en première vitesse avec « blips » de l’accélérateur alors que la boite à double embrayage augmente le régime moteur afin de l’accorder à la vitesse de la voiture avant l’engagement du rapport inférieur. Point d’entrée et rotation du volant. Accélération franche avant le point de corde et entrée en action du rouage intégral qui livre un peu plus de couple au train avant puis qui rétablira la répartition vers l’arrière pour cette conduite typique d’une 911 Carrera à simple propulsion. Absolument génial. Conduire cette voiture rapidement, c’est être ébloui par son potentiel de performance et par le fait qu’elle ne rechigne absolument pas à l’idée d’être conduite avec autant d’enthousiasme. En fait, la 911 Carrera 4S vous invite carrément à la conduite sportive. La direction est aussi précise que linéaire et bien que les freins de série autorisent des décélérations intenses, il est également possible d’opter pour des freins à disque en composite de céramique qui sont encore plus redoutables d’efficacité.

Selon August Achleitner, directeur de la gamme 911 Carrera chez Porsche, la 911 « conventionnelle » de type propulsion est parfaitement capable d’affronter les conditions météo dans 90 % des cas tandis que la motricité optimale des Carrera 4 et 4S à rouage intégral livrent le dernier 10 %, ce qui les rend idéales pour certains marchés comme le Canada ou l’Autriche. Les Carrera 4 et 4S se démarquent des 911 « conventionnelles » de type propulsion par l’adoption de pneus arrière plus larges de 10 millimètres et d’ailes arrière qui sont également plus larges de 22 millimètres, ce qui leur confère un style… à la Kim Kardashian! De plus, les Carrera 4 et 4S affichent une bande rouge, qui est maintenant lumineuse, entre les deux feux arrière, ainsi que des prises d’air surdimensionnées à l’avant. Les moteurs, boites de vitesse et éléments de suspension sont identiques à ceux des Carerra de type propulsion, exception faite des barres antiroulis, qui sont modifiées sur les Carrera 4 et 4S.

 

100 millisecondes

Mais la pièce de résistance est la nouvelle version du rouage intégral développé par Porsche, dont l’acronyme est PTM (Porsche Traction Management), qui peut livrer le couple au train avant via un embrayage multidisque dans un délai de 100 millisecondes. Les Carrera 4S sont également dotées de série du système PTV (Porsche Torque Vectoring) qui permet de bloquer le différentiel arrière mécaniqueent sur les modèles équipés de la boite manuelle à sept vitesses et de façon électronique entièrement variable sur les modèles équipés de la boite à double embrayage PDK. En outre, les Carrera 4 et 4S munies de la boite PDK peuvent avoir en option un régulateur de vitesse adaptatif qui maintient la distance avec le véhicule qui précède au moyen d’un radar localisé dans le bouclier avant. Ce régulateur de vitesse actif se double aussi d’un système anticollision qui intervient en livrant un signal optique au conducteur, puis un signal audible. Si le conducteur ne réagit pas, le système activera les freins subitement et si le conducteur n’agit toujours pas, le freinage maximal sera commandé automatiquement afin de stopper le véhicule avant l’impact ou de réduire la vitesse le plus rapidement possible avant la collision.

Les modèles coupés et cabriolets Carrera 4 et 4S seront en vente sur le marché canadien dès le début de 2013 et le prix sera de 103 900$ pour le coupé Carrera 4 et de 117 400$ pour le cabriolet Carrera 4. Concernant les modèles 4S, le prix du coupé sera de 120 500$ et de 134 100 $ pour le cabriolet. Comme c’est toujours le cas avec les modèles de la marque, le catalogue d’options fait plus de 40 pages, ce qui permet d’ajouter des équipements qui sont parfois très chers comme le « Power Kit » qui permet de hausser la puissance développée par le moteur de 3,8 litres de la Carrera 4S à 430 chevaux (23 310 $), les freins en composite de céramique (9 730 $) ou encore la chaine audio haut de gamme développée par Burmester (5 720 $), pour ne nommer que ceux-là. Tout cela fait en sorte qu’il est très facile de presque doubler la facture en faisant un choix étendu d’options.


La Carrera 4S de la génération précédente fut le modèle le plus vendu de la gamme des 911 au Canada où les modèles à traction intégrale ont représenté 52 % des ventes au cours des deux dernières années, si l’on ajoute la 911 Turbo à traction intégrale à ce calcul. Il est clair que la nouvelle Porsche 911 Turbo se pointera bientôt à l’horizon, mais comme le potentiel de performance de ce modèle ne peut être exploité que très rarement sur nos routes, l’achat d’une 911 Turbo relève plus d’un désir de s’afficher au volant de la plus performante des voitures de la gamme que d’autre chose. Tout cela fait en sorte que la 911 à choisir pour rouler au Québec, c’est la Carrera 4S.