Pour éviter le stress au travail, ne lisez pas votre courriel!

Difficile à croire aujourd’hui, mais à l’origine le courriel devait servir à RÉDUIRE les distractions au travail. Par exemple, lorsque je suis entré à l’Université en 1988 (oui, ça fait si longtemps que ça), on m’avait présenté mon premier compte courriel comme une façon simple de communiquer avec mes coéquipiers et mes professeurs à un moment qui me convenait, sans que personne ne se fasse déranger par la maudite sonnerie du téléphone. Le bonheur!

Évidemment, à l’époque, peu de gens avaient accès à Internet, surtout à la maison. Et comme il n’était pas rare de devoir payer une petite fortune pour un accès à 2 400 bits par seconde, peu de gens considéraient utile et/ou rentable d’envoyer des photos de chats en attachement à tous leurs contacts. Mieux: le pourriel n’avait même pas encore été inventé, alors les messages que l’on recevait étaient habituellement pertinents, courts, et rares. On pouvait se compter chanceux de recevoir 3 ou 4 messages le même jour; peut-être un peu plus quand on jouait à Diplomacy en ligne. Se connecter au serveur pour répondre à son courriel une fois par jour, c’était bien suffisant pour tout le monde. Personne ne s’attendait à plus.
 
C’était quand, la dernière fois que vous vous êtes permis de ne répondre à votre courriel qu’une fois dans une journée?
 
Aujourd’hui, si vous partez en vacances pendant une semaine, vous en aurez pour deux jours à vider votre boîte de réception, sans parler de votre boîte vocale pleine d’interlocuteurs insultés que vous n’ayez pas répondu à leurs courriels en moins de 14 secondes. Et même lorsqu’on est présent au travail, le courriel est devenu une source de stress et de distraction. Une étude qui vient d’être publiée a tenté de mesurer son effet en surveillant le rythme cardiaque et le temps d’attention de 13 personnes pendant une période de 5 jours au cours de laquelle leur courriel avait été verrouillé et pendant 3 jours «ordinaires». Or, s’il ne semble pas y avoir d’effet remarquable sur le rythme cardiaque, les participants ont affirmé se sentir moins stressés lorsqu’ils n’avaient pas accès à leur courriel, et surtout, ils changeaient de fenêtre sur les écrans de leurs ordinateurs deux fois moins souvent! 
 
Oui, il s’agit d’une toute petite étude, mais elle semble bien indiquer qu’il serait bénéfique, tant pour la concentration que pour le bien-être, de se limiter à une ou deux séances de courriel par jour. Essayer d’en convaincre son patron, par contre, ça risque d’être assez compliqué!