Préparez votre visite au garage

Une réparation s’impose pour votre véhicule usagé, mais vous avez autant envie de visiter un garage que votre dentiste? Voici huit tuyaux pour faciliter votre passage obligé dans l'antre de la mécanique.

 

1) Le bon vieux bouche-à-oreille

Vous n’avez pas de garagiste de confiance? Demandez à vos amis ou aux membres de votre famille de vous en référer un. 
 
Car la meilleure façon de dénicher la perle rare, côté atelier de réparations automobiles, est encore d’opter pour le traditionnel bouche-à-oreille.

2) L’Office pour la protection du consommateur

L’Office pour la protection du consommateur peut également vous venir en aide. Non pas en vous recommandant un atelier de réparations plutôt qu’un autre, ce qu’il n’est pas autorisé à faire, mais bien en vous livrant des renseignements sur leurs pratiques commerciales.
 
Disponibles dans Internet, les « profils du commerçant » de l’OPC (www.opc.gouv.qc.ca) recensent les plaintes enregistrées au cours des deux dernières années envers un marchand, si plaintes il y a eu, bien sûr. On peut ainsi y lire la nature des doléances, de même que les interventions pénales menées par l’agence gouvernementale. 
 
Idéalement, on choisit alors un établissement au dossier vierge, et non celui au dossier bien rempli…

3) Les associations d’automobilistes

Les associations d’automobilistes comme CAA-Québec et l’Association pour la protection des automobilistes (APA) disposent d’un réseau de garages recommandés. N’hésitez pas à faire appel à leurs services-conseils pour connaître les établissements qui se trouvent dans votre région.
 
La beauté des garages recommandés, c’est qu’en cas de mésentente, par exemple sur une réparation ou sur son coût, l’association jouera le rôle de médiatrice.
 
Les garages recommandés par CAA-Québec (au nombre de 415) récompensent les membres de l’association avec une garantie exclusive (pièces et main d’œuvre) d’un an ou 20 000 kilomètres — soit quatre fois plus que prévu par la Loi sur la protection du consommateur.

4) Chacun sa spécialité

Qui choisir entre le concessionnaire, le garage indépendant et le garage spécialisé?
 
Si la réparation que requiert votre voiture est encore sous garantie, priorisez évidemment le concessionnaire. Et une fois la garantie expirée, ce dernier demeure un bon intermédiaire entre vous et le constructeur, ne serait-ce que pour le suivi d’éventuels rappels émis pour votre modèle.
 
Mais parce que le taux horaire du concessionnaire est généralement l’un des plus élevés de l’industrie automobile, vous voudrez peut-être envisager, une fois la garantie expirée, de faire affaire avec un garage indépendant. Ce dernier demande habituellement quelques dollars de moins de l’heure.
 
Pour des réparations spécifiques, par exemple d’échappement, de transmission ou de carrosserie, le garage spécialisé est souvent la meilleure option. 

5) Prenez rendez-vous

Une fois votre choix d’atelier effectué, n’y arrivez pas comme un cheveu sur la soupe. Dans la cohue de ses activités, même le plus sympathique des garagistes risque de ne pouvoir vous accorder toute l’attention que vous souhaitez. Prenez donc rendez-vous.

6) Put-put ou tac-tac?

Aussi champion soit votre garagiste, il n’est pas devin. Il vous faut donc bien lui décrire le « bobo ». 
 
Prenez ainsi le temps de cerner tous les symptômes : ça fait put-put ou tac-tac? À quelle fréquence? Au démarrage ou quand la voiture est réchauffée? Au ralenti, en accélération ou en freinage? Quand la voiture est stationnée, qu’elle tourne ou qu’elle absorbe un cahot? Percevez-vous des vibrations dans le volant, sentez-vous une odeur de caoutchouc brûlé?
 
N’hésitez pas à réclamer un essai sur la route avec le technicien chargé de votre réparation. Il arrive parfois que vous seul soyez capable de recréer la condition défaillante…

7) L’évaluation écrite

L’évaluation écrite, c’est votre droit, demandez-la. À ce sujet, la Loi sur la protection du consommateur est claire : avant d’entreprendre tout travail mécanique supérieur à 100 $, votre garagiste doit vous remettre une estimation écrite des travaux, taxes incluses.
 
La réparation est impossible à estimer sans démonter quelques pièces? Vous pouvez débourser les frais de ce diagnostic et, si vous acceptez les travaux suggérés, ces frais pourront être intégrés à la facture.
 
Sachez qu’en cours de réparation, si d’autres correctifs s’avèrent indispensables, votre garagiste doit obtenir votre consentement (à tout le moins verbal) avant de poursuivre.

8) En cas de pépin

En cas de mésentente avec votre garagiste, que ce soit concernant une réparation ou son coût, essayez d’abord de trouver un arrangement à l’amiable.
 
Si rien ne se règle, sachez que votre garagiste ne peut retenir votre véhicule si vous payez au minimum les montants prévus à l’évaluation. 
 
Faites ensuite appel aux services de médiation des associations d'automobilistes (gratuits pour les membres) ou entreprenez une démarche auprès de l’Office de la protection du consommateur pour tenter d’obtenir gain de cause.