Réseaux sociaux au travail sous surveillance

Selon une enquête menée par le cabinet d'avocats d'affaires international Proskauer auprès de 120 entreprises internationales dans 19 pays, les trois quarts des compagnies sondées utilisent les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Twitter) pour faire des affaires et la moitié d’entre elles permettent à leurs employés de les utiliser à des fins personnelles. 

Bien que les médias sociaux soient maintenant inscrits dans les mœurs des grandes entreprises, elles sont nombreuses à s’en méfier et à vouloir les encadrer. Aujourd’hui, 36 % des employeurs surveillent l’utilisation des réseaux sociaux par leurs salariés. Ils étaient 27,4% à le faire en 2011. 
 
Pour encadrer l’utilisation des réseaux sociaux, ces grandes entreprises imposent des règles d’utilisation dans une proportion de 7 sur 10. Il y a un an, c’était à peine plus de la moitié d’entre elles qui avaient mis en place des mesures de contrôle. Et certaines sont encore plus strictes : dans 25%  des cas, on interdit carrément l’utilisation des réseaux sociaux à des fins non professionnelles. 
 
Que craignent ces grandes entreprises? Il y  a bien sûr la perte de productivité des employés par un usage abusif de Facebook, Twitter et les autres, mais c’est surtout la divulgation d’informations confidentielles via les médias sociaux qui les préoccupent. 
 
Malgré toute cette méfiance, 4 entreprises sur dix voient tout de même des avantages à laisser les employés utiliser les réseaux utiliser ces réseaux à des fins professionnelles ou personnelles. C’est dix pourcent de plus que l’an passé. 
 
Source : marketwatch.com, AFP, lentreprise.lexpress.fr