Subaru Impreza 2012: Modernisée et plus sobre!

Les ventes du constructeur japonais Subaru connaissent une progression constante depuis quelques années. Malgré cette situation encourageante, on continue à vouloir améliorer la gamme de produits. Cette fois, c'est l’Impreza qui bénéficie d’une transformation en profondeur. Non seulement il était temps d'offrir un véhicule davantage en mesure de répondre aux besoins actuels, mais des enquêtes effectuées auprès du public ont permis de découvrir que ce modèle n'était pas toujours associé à la marque et que la perception de nombreux automobilistes la plaçait dans une catégorie quasiment exclusive.

Silhouette raffinée, habitacle redessiné
En tout premier lieu, il est important de préciser qu’on a maintenu les deux modèles de carrosserie offerts précédemment. L’Impreza est donc commercialisée en version cinq portes et en berline. Et si l’on a amélioré l'habitabilité, les dimensions extérieures sont demeurées identiques, et ce, même si l'empattement a été allongé de 25 mm. Quant à la silhouette, les stylistes se sont appliqués à conserver la présentation extérieure des modèles antérieurs. Par contre, c'est plus raffiné et plus dynamique. On a notamment abaissé la ceinture de caisse de 20 mm, raccourci le capot, modifié les piliers A pour assurer une meilleure configuration intérieure et une meilleure visibilité. Il faut également souligner que les phares de type « œil de faucon » ont été conservés afin d'assurer une filiation entre cette nouvelle génération et la précédente.

La silhouette de la berline est classique, mais c’est équilibré, dynamique et contemporain. Nous sommes loin des anciennes Subaru carrées dont l'esthétique faisait sourire les gens.

L'une des principales améliorations apportées à cette voiture est son tableau de bord, complètement redessiné. Auparavant, c'était beaucoup plus utilitaire qu’esthétique et les plastiques étaient passablement durs. Cette fois-ci, heureusement, on fait appel à des matériaux beaucoup plus souples. Soulignons au passage que la qualité des matériaux et de l'assemblage est excellente. Le tableau de bord est toujours aussi pratique avec des commandes disposées très efficacement.

Un essai de quelques centaines de kilomètres m'a permis de découvrir que les sièges offrent confort et bon support latéral. Subaru insiste sur le fait que les appuie-têtes sont plus confortables. Et bien qu'il s'agisse d'une voiture compacte, les places arrière sont surprenantes en raison du dégagement pour les jambes. Dans la version hatchback, la capacité de la soute à bagages est de 300 litres une fois le dossier arrière en place et de 638 litres une fois celui-ci abaissé. Quant à la berline, la capacité du coffre est de 340 litres, et on a redessiné les pentures du couvercle afin d'optimiser l'espace disponible et de ne pas endommager les bagages.

On change la mécanique!
La grande surprise à propos de cette nouvelle cuvée de l’Impreza réside dans son moteur. En effet, le quatre cylindres de 2,5 litres d'une puissance de 170 chevaux est remplacé par un tout nouveau moulin. Bien entendu, Subaru demeure fidèle à son moteur à cylindres à plat de type boxer, mais la cylindrée est dorénavant de 2,0 litres et la puissance de 148 chevaux, soit une réduction de 22 chevaux. Quant au couple, il est de 145 lb-pi alors qu’il était de 170 lb-pi précédemment.

Deux transmissions sont proposées : la boîte manuelle est à cinq rapports tandis que la transmission automatique est de type CVT avec une simulation électronique de six rapports séquentiels. Dans les deux cas, ces transmissions ont été modifiées et améliorées histoire de les alléger et de maximiser leur fonctionnement. La boîte manuelle bénéficie du système antirecul Hill Holder. Quant à la boîte CVT, sa mécanique interne a été revue afin de la rendre plus efficace et de diminuer le niveau sonore.

Bien entendu, Subaru conserve sa transmission intégrale sur tous ses modèles. Par contre, il existe deux systèmes différents selon que vous optiez pour la boîte manuelle ou automatique. On a également fait appel à des composantes de carrosserie en acier de meilleure qualité et plus rigide afin d'alléger les véhicules et de renforcer la sécurité. Chez Subaru, on est très fier de souligner que tous les modèles obtiennent la cote maximale de la part de l’Insurance Institute for Highway Safety.

Plus économique!
Si l’on a modifié la mécanique, c'est pour obtenir une meilleure consommation de carburant : celle-ci a été réduite de 30 %, et maintenant Subaru peut se vanter de commercialiser le véhicule compact à traction intégrale offrant la plus faible consommation sur notre marché : 7,5 L/100 km en ville et 5,5 L/100 km sur la grande route. En fait, il est possible de rouler sur une distance de 1 000 km avec un seul plein d'essence.

Personnellement, mon inquiétude concernait les performances. L’Impreza habituelle n'a jamais été reconnue pour ses accélérations foudroyantes. Qu'en est-il avec une diminution tout de même importante de la puissance de son moteur et de son couple? J'ai eu l'opportunité de faire l'essai des versions manuelle et automatique, et dans les deux cas, j'ai pu constater que les accélérations n’ont pas été anémiques. Toujours selon le constructeur, il faut un peu moins de temps à cette nouvelle Impreza pour effectuer le 0-100 km/h. En effet, cet exercice se bouclait en plus de 10 secondes et maintenant il se fait en 9,8 secondes. Ce n'est pas une amélioration spectaculaire, mais cela m’a rassuré.

Chez Subaru, on nous a annoncé qu'on avait amélioré la boîte manuelle. C'est vrai que c'est mieux qu'avant, mais il y a encore beaucoup de progrès à faire. La course du levier est toujours quelque peu imprécise et les passages des rapports ne se font pas en douceur. À quelques occasions, j’ai été obligé de me reprendre pour passer du troisième au quatrième rapport. En plus, un sixième rapport serait apprécié sur la boîte manuelle. On nous a expliqué qu’il n’y en avait pas pour des raisons budgétaires et qu’on voulait conserver le prix de cette voiture très compétitif face à la concurrence.

Quant à la boîte automatique de type CVT, elle est correcte et efficace. Toutefois, malgré les efforts des ingénieurs pour réduire son niveau sonore, elle est toujours bruyante. Mais après quelques minutes au volant on s'habitue. Le comportement routier est prévisible et la stabilité directionnelle est bonne. En plus, les freins sont efficaces et faciles à moduler. Quant à la direction électrique, elle est la preuve qu’on a fait beaucoup de progrès à ce chapitre. Par contre, peu importe le modèle, il faut rester prudent dans les virages serrés car la voiture a tendance à sous-virer comme pratiquement toutes les Subaru.

Plus moderne, plus économique d’achat et d’opération, la nouvelle Impreza marque un pas en avant pour ce constructeur. Et l’offre est d’autant plus intéressante que le rapport qualité-prix est encore meilleur. Soulignons en terminant que les modèles WRX et WRX STi n’ont pas été changés et constituent dorénavant une catégorie à part.

 

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Subaru Impreza 2.0 Limited 5 portes (CVT) 2012

Fourchette de prix

19995 à 28095$

Prix du modèle à l'essai

28095$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Options

n.d.

Concurrents

Chevrolet Cruze, Ford Focus, Honda Civic, Hyundai Elantra, Mazda3, Mitsubishi Lancer, Nissan Sentra, Suzuki SX-4, Toyota Corolla, Toyota Matrix, Volkswagen Jetta

Points forts

Silhouette plus moderne
Habitacle confortable
Assemblage soigné
Rouage intégral
Équipement complet
Consommation réduite
Performances améliorées

Points faibles

Insonorisation perfectible
Boîte manuelle parfois rétive
Sous-virage dans courbes raides
Boîte manuelle 5 rapports seulement

Fiche d'appréciation

Consommation
 
Valeur subjective
 
Esthétique
 
Confort
 
Performance
 
Appréciation générale