Subaru Outback 2013

La partie avant a été redessinée pour 2013.

Les communiqués de presse des constructeurs nous présentent les modifications effectuées d'une année à l’autre sur un modèle comme étant des transformations majeures. Mais il faut toujours prendre ces nouvelles avec un grain de sel. Par exemple, dans le cas du SubaruOutback, on annonce des changements importants et spectaculaires. S'il est vrai que ceux-ci contribuent à rendre ce véhicule plus homogène, il n'en demeure pas moins qu'il ne s'agit que d'une foule de petites modifications apportées à la mécanique et à la carrosserie. Mais comme ce modèle entamait sa troisième année, le temps était venu de le rajeunir.

 

Trouver les changements

Je dois admettre qu'il faut avoir l'œil exercé pour détecter les changements apportés à la carrosserie. En fait, c'est surtout la partie avant qui a été la plus modifiée alors que les phares, la calandre, le parechoc et les antibrouillards donnent une allure un peu plus sportive que précédemment. Il ne faut pas oublier de souligner que tous les modèles Outback sont équipés de nouvelles jantes en alliage dont le design a pour effet de donner une apparence plus racée au véhicule.
En plus, les ingénieurs ont apporté une multitude de petites améliorations qui rendent ce véhicule plus agréable en fonction de vos activités. Par exemple, la galerie de toit comprend des barres transversales intégrées dont la barre arrière peut être reculée plus loin afin de faciliter le transport d'article plus long, comme un kayak.

En outre, selon les modèles choisis, on a optimisé le niveau d'équipement de la plupart des versions afin de proposer un rapport qualité-prix plus intéressant et de relever le niveau de confort. De plus, dans l'habitacle, les tissus des sièges ont été changés et, d’après Subaru, ils devraient améliorer le confort. D'autre part, les modèles équipés du groupe Limited sont dotés d'instruments électroluminescents et d’un écran couleur multi-information.

Cependant, les changements les plus importants se situent sous le capot alors qu'on y retrouve un nouveau moteur quatre cylindres à plat de 2,5 litres qui a été révisé pour obtenir une puissance de 174 chevaux et 174 lb-pi de couple. Il s'agit d'un gain plutôt modeste, puisque le moteur précédent produisait 170 chevaux et 170 lb-pi de couple. La bonne nouvelle, c'est que le couple se manifeste à un plus bas régime, ce qui devrait théoriquement améliorer la nervosité du moteur. Ce quatre cylindres est livré de série avec une boite manuelle à six rapports qui a été révisée de façon à ce que les passages de rapport soient plus rapides et plus efficaces. Si vous optez pour l'automatique, il s'agit d'une transmission à rapports continuellement variables – CVT - appelée Lineartronic par Subaru.

Il est également possible de commander une version plus luxueuse propulsée par un moteur six cylindres à plat de 256 chevaux couplé à une boite automatique à cinq rapports avec mode manuel. Toutefois, le modèle que nous avons essayé était une version quatre cylindres avec une boite CVT.

 

Du pareil au même

Même si l’Outback bénéficie de nombreuses améliorations esthétiques et mécaniques en plus d’un d'équipement plus étoffé, sa conduite nous force à conclure que c’est sensiblement du pareil au même. Et c'est loin d'être une critique puisque nous avons toujours apprécié l’Outback tant pour son caractère pratique que pour sa polyvalence.

Néanmoins, je ne sais pas si le modèle essayé était doté d'un moteur un peu plus poussif que la moyenne, mais il m'a semblé que ce nouveau quatre cylindres, pourtant plus puissant en théorie, manquait un peu de pep sous le capot. À quelques reprises, à des vitesses entre 50 et 80 km/h, j'avais l'impression que le moteur peinait à la tâche. Tout au long de l'essai qui s'est déroulé sur deux semaines, je me disais que si j'avais les moyens financiers nécessaires j'opterais pour le moteur six cylindres, plus puissant, plus doux et dont la boite automatique à cinq rapports est en parfaite harmonie avec ce dernier. Par contre, la boite à rapports continuellement variables de mon véhicule d'essai est considérée comme l'une des meilleures de sa catégorie. D'ailleurs, après en avoir fait l'essai, plusieurs consommateurs choisisssent le quatre cylindres parce qu'ils sont impressionnés par la boite CTV.

Somme toute, les changements esthétiques apportent peu à la personnalité du véhicule tout comme les quelques modifications intérieures. Le moteur quatre cylindres entièrement révisé cette année ne m'a pas semblé tenir les promesses que les communiqués de presse nous annonçaient. Ce moteur est adéquat et plaira à la majorité, mais personnellement, je trouve qu’il lui manque un petit quelque chose. Espérons qu'il s'agissait d'un cafouillage lié à un seul exemplaire.

Pour le reste, c'est une voiture à la finition exemplaire, éminemment pratique et dont le comportement routier est sans surprise. Il s'agit toujours de l'une des bonnes valeurs de cette catégorie sur notre marché.

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Subaru Outback 2.5i Tourisme 2013

Fourchette de prix

28495 à 38495$

Prix du modèle à l'essai

31095$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Options

Boîte CVT

Concurrents

Buick Enclave, Chevrolet Traverse, Ford Flex, Ford Taurus X, GMC Acadia, Lincoln MKX, Mazda CX-9, Toyota Venza, Volvo XC70

Points forts

Mécanique fiable
Finition soignée
Véhicule polyvalent
Bonne habitabilité
Nombreuses versions
Transmission CVT

Points faibles

Moteur 2,5 litres un peu poussif
Boite manuelle toujours hésitante dans les passages des rapports
Certaines versions onéreuses
systèeme EyeSight sur version Limited seulement.

Fiche d'appréciation

Consommation

80.0 %

Valeur subjective

80.0 %

Esthétique

80.0 %

Confort

90.0 %

Performance

70.0 %

Apréciation générale

80.0 %