Superstructure ou comètes : l'étoile mystérieuse

par Agence Science Presse le 5 novembre 2015
Radiotéléscope

Cette chose est-elle une superstructure créée par une civilisation extraterrestre? Ou un nuage de comètes? Il y a l’hypothèse à laquelle on voudrait croire et celle qui paraît la plus probable.

 

C’est le premier paragraphe dont rêvent bien des blogueurs : « une recherche d’une équipe d’astronomes fait parler d’elle, à cause d’extraterrestres », commence l’astronome Phil Plait.

 

En réalité, les auteurs n’ont souligné nulle part un extraterrestre dans leur recherche, déposée le 11 septembre sur le serveur de pré-publication ArXiv. Mais la chercheuse principale a parlé en entrevue de son désir de chercher un éventuel signal radio — et les réseaux sociaux se sont emballés.

 

Tout tourne autour de mystérieuses variations de luminosité de l’étoile KIC 8462852, détectées par un effort de science citoyenne. Épluchant les montagnes de données générées par quatre ans d'observations du télescope spatial Kepler, il en ressort que ces variations sont trop irrégulières pour être causées par une planète qui passerait entre l’étoile et nous.

 

Variations de l’étoile elle-même? Au télescope Kepler, les astronomes ont ajouté des observations depuis le sol, qui n’ont rien détecté.

 

Plusieurs planètes? Il y a eu deux petites baisses de brillance en 2009, une très grosse, pendant une semaine en 2011, et une série de petites pendant trois mois de 2013. Ça ferait beaucoup de planètes, et les deux plus grosses baisses de brillance de l’étoile ont été de 15 % et 22 %. À titre de comparaison, Jupiter ne diminuerait la lumière de cette étoile que de 1 %.

 

Un champ d’astéroïdes? Encore le problème de l’énorme baisse de luminosité.

 

Reste l’hypothèse la plus plausible : un nuage de comètes. Un groupe de comètes se serait brisé pour s’être trop approché de cette étoile, produisant un immense nuage de gaz et de poussière. Cela expliquerait l’irrégularité. Comme KIC 842852 est 50 % plus large que notre Soleil, ça veut par contre dire un nuage assez impressionnant.

 

En fait, il reste cette autre hypothèse, celle d’une superstructure extraterrestre, et si l’idée circule, c’est parce que l’auteure principale, Tabetha Boyajian, de l’Université Yale, l’a évoquée en entrevue à The Atlantic le 13 octobre. Elle s’est tournée vers Jason Wright, un expert en exoplanètes qui, ces dernières années, a spéculé sur les façons par lesquelles on pourrait détecter un artefact extraterrestre de dimension planétaire. Jason Wright ne figure pas parmi les signataires de la recherche, mais lui et Boyajian ont proposé qu’un radiotélescope soit utilisé pour surveiller d’éventuels signaux radio émanant de cette étoile. Vous avez dit science-fiction?