Tatouages recherchés par le FBI

Dans sa lutte contre la criminalité, le FBI dispose déjà de bases de données très riches en informations. Au fil des ans, en plus des traditionnelles empreintes digitales, les individus arrêtés par la police ont dû se soumettre à un système de reconnaissance faciale (iris, traits, cicatrices, etc.), style d’écriture et reconnaissance de la parole. 

 

Maintenant, le FBI voudrait ajouter les tatouages à ses bases de données. Le service fédéral de renseignement intérieur a en effet lancé récemment un appel d’information auprès de commerces de tatouage et de services locaux de police partout aux États-Unis sur des bases de données existantes contenant des tatouages.
 
L’idée est d’associer ces tatouages et leur symbolique à des gangs de rue, des groupes terroristes et autres organisations criminelles. Pour certains groupes criminels, notamment les Yakuza japonais, le tatouage est une carte de visite. Mais le FBI ne veut pas savoir pourquoi vous arborez un tatouage. Ils le veulent dans leur base de données. Point à la ligne.
 
Des communautés immigrantes déplorent l’utilisation de ces procédés. Ils prétendent que le FBI utilise ces technologies pour les expulser du pays. Une commission doit être créée pour analyser l’impact de ces méthodes sur les libertés civiles. Quoi qu’il en soit, la création d’une base de données de tatouages me semble un peu farfelue. 
 
Source: mashable.com, webpronews.com, gizmodo.fr