Top 10 des films sur la mafia et les gangsters

La populaire série de télévision québécoise Omertà, diffusée à la fin des années 1990, a maintenant son film qui prenait l'affiche cette semaine dans nos salles de cinéma. Brossant un portrait du crime organisé et plus particulièrement de la mafia italienne montréalaise, cette sortie nous a donné envie de faire un palmarès des meilleurs films du genre traitant d'un univers sans pitié et souvent très violent.

Sur une note plus personnelle, je vous dirais que si cela était possible, je me "clencherais" tous ces films un à la suite de l'autre. Là. Maintenant. Tout de suite! Le crime ne paie pas, mais ça fait du sacré bon cinéma! Oh, et vous remarquerez que les numéros 1 à 4 ont tous un acteur en commun. Vous devinez de qui il s'agit?
 

10. Infernal Affairs (Affaires internes)

 
 
Cet excellent suspense policier provenant de Hong Kong raconte l'histoire d'un agent double qui parvient à s'infiltrer dans un gang criminalisé, et d'une taupe qui œuvre au sein du corps policier. Chacun d'entre eux a pour mission d'identifier l'autre. Infernal Affairs est le matériel source qui a servi à produire le très bon remake américain réalisé par Martin Scorsese, The Departed.
 

9. La cité de Dieu

 
 
Dans ce drame assez dur qui nous plonge dans les favelas de Rio de Janeiro, deux amis empruntent un chemin différent. L'un devient photographe, tandis que l'autre est attiré par le milieu criminel en devenant un trafiquant de drogue. Grâce à leur amitié, le premier parvient à raconter la rivalité de deux clans en prenant des clichés de l'intérieur. Fascinant.
 

8. The Killer (Le tueur)

 
 
Acceptant un dernier contrat, un assassin blasé découvre qu'il est trahi par son employeur. Afin d'éliminer son ancien patron et sa bande de tueurs, il s'associe à un flic qui le pourchassait. Avec des chorégraphies saisissantes et une mise en scène hyper stylisée, The Killer figure parmi les films de gangsters les plus violents du répertoire, tout en étant l'un des meilleurs longs métrages du réalisateur John Woo. 
 

7. Reservoir Dogs (Les enragés)

 
 
Doté d'une trame narrative similaire au film City on Fire de Ringo Lam (aussi très bien), Reservoir Dogs de Tarantino regorge de dialogues savoureux, de scènes bien sanglantes, d'une bande sonore plutôt cool et d'une distribution en or (Tim Roth, Harvey Keitel, Steve Buscemi et Michael Madsen). 
 

6. Scarface (Le balafré)

 
 
Transposition d'un film paru en 1932, la version excessive des années 80 par Brian De Palma met en scène un Al Pacino en pleine forme qui incarne un ambitieux immigrant cubain parvenant à s'emparer du cartel de la drogue de Miami. Dangereux et violent, son désir d'en posséder davantage semble sans fin. Intense.
 

5. Pulp Fiction (Fiction pulpeuse)

 
 
Avec son titre référant aux magazines du début du 20e siècle qui publiaient sur du papier de piètre qualité des fictions fantaisistes, le succès entourant ce long métrage a permis à Quentin Tarantino d'être révélé au monde entier. Ce film culte explore avec verve diverses petites histoires aussi amusantes que sanglantes, toutes liées au milieu du crime organisé. Du bonbon.
 

4. The Untouchables (Les incorruptibles)

 
 
Quatre ans après avoir réalisé Scarface, Brian De Palma explore à nouveau le monde interlope en revisitant l'histoire de la prohibition, alors qu'Eliot Ness (Kevin Costner) et son équipe (Sean Connery, Andy Garcia et Charles Martin Smith) tentent de mettre le grappin sur le terrible bandit Al Capone (superbe Robert De Niro). Aussi haletant que divertissant, cette production est dotée d'une magnifique trame sonore signée par Ennio Morricone.
 

3. Once Upon A Time in America (Il était une fois en Amérique)

 
 
Oeuvre posthume du grand Sergio Leone (Once Upon a Time in the West), le cinéaste délaissait son genre de prédilection (le western) afin d'explorer l'époque de la prohibition. La prenante histoire de Once Upon A Time in America nous est racontée à travers les souvenirs d'un ex-gangster juif (Robert De Niro) qui se remémore, de l'enfance à l'âge adulte, les grandes lignes de sa carrière de bandit. Ce chef-d'oeuvre (j'en ai des frissons rien qu'à revoir la bande-annonce) met aussi en vedette James Woods, Joe Pesci et, pour la première fois à l'écran, Jennifer Connelly.
 

2. Goodfellas (Les affranchis)

 
 
Cet hallucinant drame signé par Martin Scorsese se déroule à un rythme effréné et nous transporte dans l'univers coloré et archiviolent de Henry Hill (Ray Liotta) et sa bande (Robert de Niro, Joe Pesci). Dans ce portrait captivant du monde mafieux, on retient notamment le personnage incarné par Pesci, aussi drôle que désaxé. 
 

1. The Godfather (Le Parrain)

 
 
C'est sans grande surprise que l'oeuvre de Francis Ford Coppola arrive en tête. Et on ne se contentera pas de citer que le premier film. Même si le troisième chapitre n'atteint pas la puissance de ses prédécesseurs, il est de bon ton de faire allusion à la trilogie. Enfin, le remarquable second volet relate avec brio l’ascension de Michael Corleone (Al Pacino), parallèlement à celle de son père Vito Corleone (joué ici par un jeune Robert De Niro, et incarné par Marlon Brando dans le premier film). Quelle passionnante fresque de la mafia italienne, vraiment! Un essentiel.