Tour du chapeau pour Audi en Endurance !

En remportant l'épreuve de série Nationwide à Indianapolis, Brad Keselowski a offert à l'équipe Penske sa centième victoire en NASCAR.

Après les 24 Heures du Mans avec ses nouveaux prototypes à motorisation hybride (diesel/électricité), après les 24 Heures du Nürburgring avec ses R8 LMS Ultra, la marque Audi a remporté le week-end dernier les 24 Heures de Spa-Francorchamps, réalisant ainsi un historique, et totalement unique à ce jour, tour du chapeau en mettant la main sur les trois plus grandes courses d'Endurance la même année.

Inscrites au calendrier de la série internationale Blancpain Endurance, les 24 Heures de Spa-Francorchamps sont réservées aux voitures de type GT3. Une superbe grille de départ de plus de soixante équipages composait cette édition 2012, disputée en partie sous la pluie. Si aux essais, les Porsche 911 GT3, Lamborghini Gallardo, McLaren MP4/12C GT3, Mercedes SLS AMG et Ferrari 458 Italia avaient montré leur compétitivité, en course, la bataille tourna rapidement au duel entre les Audi R8 Ultra et BMW Z4 GT3.

C'est l'équipage composé des Allemands Frank Stippler et René Rast, et de l'Italien Andrea Piccini qui a remporté l'épreuve avec son Audi inscrite par l'équipe Phoenix. Une autre Audi termine deuxième à un tour, devant deux BMW, la première étant celle emmenée par Matthias Lauda (le fils de l'ancien champion de F1 Niki Lauda). La première Ferrari complète le "Top 5" devant les lauréats des deux dernières 24 Heures du Mans, Marcel Fässler et André Lotterer, rejoints par le spécialiste de l'Endurance Tom Kristensen sur une autre Audi du Team Phoenix. Clairement le plus rapide en piste, cet équipage chuta à la soixante-sixième place à l'issue de la première heure de course, suite à un accrochage nécessitant de nombreuses réparations. Les trois pilotes alignaient ensuite des chronos impressionnants, reprenant pas moins de trois tours aux meneurs pour compléter la course au sixième rang. Déception en revanche chez Porsche (la première 911 GT3 classée n'est que septième), chez McLaren avec une seule MP412C à l'arrivée (neuvième) sur les neuf au départ, et plus encore chez Mercedes qui voit sa première SLS AMG terminer seulement vingtième.

En Formule 1, le Grand Prix de Hongrie était le dernier rendez-vous avant la traditionnelle pause estivale de cinq semaines. Aux qualifications comme en course, Lewis Hamilton s'est montré le meilleur, le pilote McLaren-Mercedes s'imposant devant les Lotus-Renault de Kimi Raikkönen et Romain Grosjean. Sebastian Vettel amène sa Red Bull-Renault au quatrième rang, devant Fernando Alonso (Ferrari), qui conserve la tête au classement du championnat du monde.

Jenson Button (McLaren-Mercedes), Bruno Senna (Williams-Renault), Mark Webber (Red Bull-Renault), Felipe Massa (Ferrari) et Nico Rosberg (Mercedes) complètent la ronde des pilotes marquant des points au terme de cette course plutôt monotone sur le tortueux circuit de l'Hungaroring, près de la capitale Budapest.

En NASCAR, les séries Coupe Sprint et Nationwide évoluaient sur le prestigieux super ovale d'Indianapolis. En Coupe Sprint, Jimmie Johnson (Chevrolet) a entièrement dominé une course qui restera célèbre pour des centaines de milliers de fans américains car, en terminant quatrième, Dale Earnhardt Jr a ravi à Matt Kenseth (abandon suite à un accident) le fauteuil de meneur au championnat pour la première fois de sa carrière !

Pour la série Nationwide, il s'agissait d'une première présence sur l'Indianapolis Motor Speedway. Disputée sans trop d'incidents, la course a vu la victoire de Brad Keselowski (Dodge) qui a offert au Team Penske sa centième victoire en NASCAR.

Catégories