Une semaine avec le nouveau iMac

 

iMac d'AppleCette fois, je me suis payé la totale. Le jour-même du lancement de la nouvelle gamme d’ordinateurs iMac d’Apple, j’ai commandé le modèle haut de gamme:

Facture totale: un peu moins de 2 300$ plus taxes, logiciels et quelques accessoires inclus. Pas donné, mais un PC Windows équivalent, pour mes besoins, n’aurait pas été tellement moins cher.

Après une trop longue semaine d’attente, j’ai enfin pu mettre la patte sur mon nouveau jouet mercredi dernier. Je me suis donc empressé de migrer tous mes fichiers, d’installer StarCraft 2 (dont mon vieux iMac de 2007 n’approchait même pas la configuration minimale requise), et de dire “au revoir” au monde entier pour plusieurs jours. Je refais donc surface pour partager mes impressions.

1. ÇA VA VITE

Le processeur Core i7 livre la marchandise. Le modèle l’utilisant serait d’ailleurs le meilleur achat, du moins en ce qui concerne le rapport puissance-prix, puisqu’il livre 45% plus de performance que le modèle Core i5 pour un prix 10% plus élevé (et 104% plus de puissance que le Core i3, pour 29% plus cher). Évidemment, si vos besoins sont limités au courriel et au Web, tous les modèles d’ordinateurs sur le marché feront parfaitement l’affaire, mais pour ceux qui font du montage vidéo et/ou qui apprécient les jeux (de plus en plus souvent programmés pour utiliser 2 ou plusieurs coeurs), la dépense supplémentaire vaut amplement la peine.

Les 4 coeurs prouvent leur valeur assez rapidement: j’ai pu monter et compresser une vidéo, faire une copie de sauvegarde intégrale avec Time Machine et naviguer sur le Web en même temps, tout ça plus vite que quand j’effectuais une de ces tâches à la fois auparavant.

Ajoutez à cela le démarrage d’applications quasi instantané et on se sent envahi par un sentiment de satisfaction très confortable!

2. L’ÉCRAN EST SPECTACULAIRE

Avec une résolution de 2560 x 1440 pixels en format 16:9, on peut se permettre d’avoir deux fenêtres pleine largeur côte à côte ET d’avoir accès à ses icônes sur le bureau en même temps. Ça peut sembler minime, mais ça sauve du temps. On peut aussi consacrer une petite partie de son écran à un concert en DVD sans empiéter sur l’espace de travail…

Et l’image est à couper le souffle. Regarder une vidéo en HD là-dessus, c’est à pleurer!

3. LA MIGRATION

Les outils de migration offerts par Apple, pour transférer applications, fichiers de données et informations de comptes d’un ordinateur à l’autre, ne pourraient pas être plus faciles à utiliser. Il faut cependant avoir du temps devant soi, et surtout utiliser un câble (FireWire ou Ethernet) plutôt que de se fier à l’option sans fil. Pourquoi?

  • Pour transférer mes quelque 110 Go de données de mon vieux iMac au nouveau par Ethernet, il a fallu un peu moins de 2 heures…
     
  • Mais quand j’ai transféré les 62 Go de données du Mac Book de ma conjointe au vieux iMac par Wi-Fi, juste pour voir ce que ça donnerait, il a fallu NEUF HEURES. Et j’ai pourtant un routeur N, qui ne faisait rien d’autre pendant tout ce temps, à moins de 2 mètres des deux machines…

Autrement dit, avec cet outil de migration, il faut 8 fois plus de temps pour transférer la même quantité de données par wi-fi que par Ethernet, alors que les deux technologies offrent sensiblement la même vitesse de transmission nominale. Étrange… Et même si on blâme le vieux disque dur fatigué de mon ancien iMac pour une partie du délai, on n’arrive pas à tout expliquer, loin de là. Conclusion: un câble, c’est parfois bien pratique!

4. DÉTAILS EN VRAC

  • Par défaut, toutes les télécommandes Apple activent tous les ordinateurs à leurs portées en même temps. Pas commode quand on a deux iMac dos à dos et qu’on veut regarder une vidéo sur Front Row sans empêcher sa blonde de travailler! Pour “marier” une télécommande à un seul Mac, il faut (étrangement) aller faire un tour dans les préférences Sécurité de l’ordinateur:

Télécommande Apple

  • Les hauts-parleurs intégrés sont étonnamment bons, bien meilleurs que ce que j’ai vu (et entendu) auparavant, même sur mon vieux portable Qosmio de Toshiba dont l’équipement audio était signé Harman Kardon.
     
  • La souris Magic Mouse, par contre, je n’aime toujours pas plus qu’avant. Après 15 minutes, je suis retourné à ma bonne vieille souris Microsoft, plus solide et surtout assez ronde pour que la paume de ma main repose à sa surface. Avec la Magic Mouse, j’ai toujours la main dans les airs - crampe garantie.
     
  • Toujours pas de lecteur Blu-ray, ce qui est franchement ridicule. Steve Jobs a vraiment la tête dure…