Une Toyota qui carbure à l’hydrogène en 2015

par François Dominic Laramée le 23 avril 2014

Depuis le temps qu’on en parle, c’est fait: Toyota lancera en 2015 une voiture alimentée à l’hydrogène plutôt qu’à l’essence ou au diesel — mais ce nouveau modèle sera disponible en quantités très limitées pour commencer.

On ne connaît pas encore le nom de cette nouvelle voiture, mais on sait qu’elle devrait ressembler au prototype FCV qui fait le tour des salons de l’auto ce printemps (voir photo). Toyota affirme qu’elle disposera d’une autonomie de quelque 800 km.

L’avantage principal des voitures à hydrogène (ou à «piles à combustible», dans le jargon de l’industrie), c’est qu’elles ne polluent pas: le résultat de la combustion de l’hydrogène, c’est de la vapeur d’eau. De plus, si le carburant hydrogène est produit par électrolyse, par exemple en faisant passer un courant électrique généré par des capteurs solaires dans une solution d’eau salée, la combustion de l’hydrogène ne fait que reconstituer les molécules d’eau que l’on avait divisées par électrolyse pour fabriquer le carburant. (Si on fabrique l’hydrogène à partir de gaz naturel, par contre, le résultat est nettement moins écologique.)

L’inconvénient, c’est qu’il n’existe pas d’infrastructure de distribution d’hydrogène à grande échelle. Mais ce genre de problème peut se corriger, d’autant plus qu’en théorie on peut fabriquer de l’hydrogène n’importe où: vous avez probablement déjà électrolysé de l’eau dans le laboratoire de votre école secondaire. Une station-service pourrait donc assez facilement se procurer l’équipement nécessaire pour fabriquer son propre carburant sur place — plus besoin de raffineries, de camions-citernes, etc.

Les premières Toyota à hydrogène feront leur apparition sur les routes d’Europe l’an prochain.

Source: Autocar