Vendre sa voiture usagée : tirez le meilleur parti

Vous craquez pour une nouvelle voiture et souhaitez vendre celle qui occupe votre entrée de garage depuis déjà plusieurs années? Ne faites pas l'erreur de vous en « débarrasser ». Tirez-en plutôt le maximum et évitez les pièges du marché de l'occasion. Quelques astuces pour ne pas se faire rouler.

par Nadine Filion

Selon DesRosiers Automotive Consultants, il y a une décennie, moins du tiers des voitures neuves achetées 15 ans auparavant roulaient encore. Aujourd’hui, c'est près de la moitié. C'est dire que les automobiles, avec leur fiabilité et leur durabilité en hausse, roulent de plus en plus longtemps. Mais qu’est que ça signifie pour vous? Cela signifie que celle que vous considérez comme votre « minoune » peut probablement encore offrir de bonnes et longues années de services, et donc être cédée pour plus d'argent qu'attendu.

 

Insondable valeur marchande

Ah, cette insondable valeur marchande... Vous demandez trop cher? Vous ne vendrez pas. Vous ne demandez pas assez? Vous perdrez des centaines de dollars. Malheureusement, il n'existe aucune formule magique pour fixer la valeur d’un véhicule. C'est littéralement du cas par cas, puisque trop de facteurs entrent en ligne de compte : la région de la transaction (on vend moins de camionnettes en ville qu’en campagne), l’offre et la demande, la fiabilité de la marque, l'historique de l'entretien et des réparations. Même la saison vient influer!

 

L’organisme CAA-Québec a néanmoins découvert, après études, que deux critères priment sur tous les autres : la condition mécanique et l’entretien général. Contrairement à la croyance populaire, le kilométrage inscrit au compteur n’est pas l’unique indicateur dont on doit tenir compte. Pas de rouille et toutes les factures d’entretien à l’appui? La voiture se vendra plus cher qu’une autre, même si elle a davantage roulé. De même, on obtiendra plus si elle est équipée de la transmission automatique, de la climatisation et de pneus en bon état.

 

La meilleure façon de cibler une fourchette de prix pour son véhicule usagé? Consulter les petites annonces de sa région et les sites Internet de véhicules d'occasion. La bonne vieille loi de la concurrence, quoi.

 

Quelques conseils

Préparez votre vente : Un vendeur organisé en vaut deux et c'est pourquoi vous devez commencer par réunir le manuel du propriétaire et les documents de garantie. Afin de monter un dossier complet, repêchez ces factures d’entretien et de réparations qui envahissent la boîte à gants : elles démontreront le soin apporté à votre voiture et prouveront que l’odomètre n'a pas été trafiqué. N'oubliez pas les attestations d'antirouille et les fiches de rappels effectués.

Mécanique A-1 : Qu’aime-t-on lire dans les petites annonces de véhicules usagés à vendre? Mécanique A-1, parfaitement entretenue, aucune réparation en vue… Eh bien, si c’est le cas pour votre voiture, prenez les devants et donnez-en la preuve : demandez un rapport écrit à votre mécanicien quant au bilan de santé de votre véhicule. Ce bilan vous permettra d’ailleurs de fixer un prix juste et équitable.

Pensez « Car staging » : Une voiture propre et rutilante se vend plus vite et plus cher qu’une voiture laissée à elle-même. Il suffit d'une petite heure de lavage extérieur et de nettoyage intérieur pour redonner à votre bagnole son lustre d’antan — ou presque. Passez l’aspirateur pour faire disparaître ces miettes de déjeuner, faites reluire les jantes, videz le coffre de ses artéfacts... Examinez le résultat comme si vous étiez l'acheteur et n'hésitez pas à effectuer quelques petites retouches de peinture, si nécessaire.

Une photo vaut mille mots : Si vous avez l’intention d’ajouter des photos à votre annonce, prenez le temps de faire des clichés de qualité, à la fois de l’extérieur et de l’habitacle. Si vous ne savez pas manier l’appareil photo, demandez à quelqu’un de vous aider. Une image vaut vraiment mille mots.

Attention à la fraude par Internet : Attention à ces individus peu scrupuleux qui se disent prêts à verser votre prix sans négocier... en autant qu'ils peuvent payer par traite bancaire (souvent, ils prétendent être des acheteurs d'outre-mer). Sachez que ce subterfuge ne vise qu'à voler vos informations bancaires. La règle d'or : ne jamais divulguer de telles informations. Si une telle situation vous arrivait, sachez que vous pouvez porter plainte en communiquant avec le 1 888 495-8501 ou en visitant le www.antifraudcentre-centreantifraude.ca (gouvernement fédéral).

Les paroles s’envolent, les écrits restent : En vertu de la Loi, une transaction automobile entre particuliers ne requiert pas de contrat. Néanmoins, rien ne vaut un document écrit, question d’éviter les malentendus. Ce document devrait comprendre l’identification des deux parties, la description du véhicule et le fait que l’acheteur ait essayé et/ou fait inspecter la voiture. Soyez francs et mentionnez les problèmes connus, les réparations imminentes et si le véhicule a été accidenté ou non. On peut aussi inscrire les modalités de la transaction. Idéalement, vous aurez demandé un acompte non remboursable, au cas où votre client revienne sur sa décision d’achat et vous laisse en plan. Spécifiez une date pour le paiement complet et le transfert de propriété; si les choses traînent en longueur, vous pourrez toujours annuler la transaction pour mieux vendre à quelqu’un d’autre. Exigez un paiement par virement de fonds, chèque certifié ou argent comptant.

Les taxes : Une transaction automobile entre particuliers n’entraîne le versement que d’une seule taxe, soit la TVQ, qui sera appliquée au bureau de la SAAQ.

Pas de garantie, mais... : Comme particulier, vous n'avez pas à fournir de garantie lors de la vente de votre voiture. Par contre, le Code civil du Québec tient compte des vices cachés. Vous pourriez donc être poursuivi si votre voiture se révèle affectée par « une défectuosité telle que son usage en est compromis ».

 

Elles roulent encore plus:

Les véhicules américains d'aujourd'hui (GM, Ford et Chrysler) affichent un « taux de longévité » de 46% après 15 ans. Les marques importées (asiatiques et européennes) font mieux : plus de la moitié (56%) de leurs véhicules vieux de 15 ans circulent encore.

 

Inspection : où aller

Pour une inspection mécanique objective, prenez rendez-vous dans l'un des centres de vérification technique de CAA-Québec (1 877 626-0310). Moyennant une centaine de dollars (un peu plus si vous n'êtes pas membre de l'association), vous obtiendrez un bilan complet et impartial de la santé de votre automobile (ces centres de services n'effectuent aucune réparation). Tout y passe : carrosserie, systèmes électriques, freins, performance du moteur. Armé d'un rapport de vérification qui dit que votre véhicule a encore quelques belles années devant lui, peut-être déciderez-vous de le conserver...