Vers qui on se tourne quand on a besoin d’argent ?

Shylock prêteurs d'argent

Bon. On a tous besoin d’argent au moins une fois dans notre vie. La question est... vers qui on se tourne dans ces cas extrêmes ? Tsé quand t’as 23 ans et que ta mère a décidé de ne plus te déverser aucune cenne depuis ta majorité ? Ouain, c’est un peu plus compliqué dans ce temps-là. As-tu déjà entendu parler des shylocks ? Ce sont des gens qui prêtent de l’argent à n’importe qui, contrairement aux banques. La crosse là-dedans ? Le taux d’intérêt est généralement (on pourrait carrément omettre cet adverbe) assez élevé. Ou peut-être que tu veux plutôt te tourner vers cette avenue de carrière ? Quelle que soit la raison pour laquelle tu t’intéresses aux shylocks, cet article te révèlera toutes les informations essentielles à ce sujet.

Qu’est-ce qu’a dit la loi ?

C’est légal de prêter de l’argent et d’en faire une business, mais ça prend un permis (à moins d’être une institution financière, mais t’en est clairement pas une). Il y a aussi d’autres critères à respecter pour être conforme à la loi. Par exemple, il est illégal d’exiger un taux de crédit annuel supérieur à 60 %. Il faut aussi que le taux annuel soit affiché, pas seulement le taux mensuel. Et, bien évidemment, les menaces et toutes formes de violence sont à proscrire dans votre gentille entreprise. Le hic, c’est que les shylocks sont souvent capables de s’en sortir parce qu’ils ont une entente non écrite avec leurs clients. Ceux-ci seraient donc consentants à la violence et ne diraient mot aux autorités. Il faudra donc avoir un témoin lors du procès pour démontrer qu’il y a réellement eu de la violence.

Les Pawnshops... de quessé ?!

Les pawnshops, c’est des places où ils proposent des prêts de petites valeurs en argent comptant en échange d’une garantie, soit un bien matériel d’une valeur supérieure au prêt. À la fin du contrat — généralement d’une durée d’un mois —, le client doit rembourser le montant prêté (+ intérêts et frais variables), sinon le prêteur (a.k.a. le pawnbroker) deviendra propriétaire du bien de garantie. Il faut toutefois que les frais d’administration et d’entreposage soient inclus dans le taux de crédit annuel. Si celui-ci dépasse 35 %, l’Office de la protection du consommateur pourrait refuser de renouveler le permis du pawnshop. Les gens qui font affaire avec les pawnbrokers sont souvent des gens à faibles revenus qui n’ont pas recours aux prêts bancaires. Il est aussi strictement interdit d’offrir la possibilité au client de racheter son bien à un prix plus élevé.

Il y a une marche à suivre lorsqu’on veut faire affaire avec des pawnshops. Tout d’abord, vous devez présenter deux cartes d’identité avec photo. Fak j’espère que t’as ton permis de conduire ou que t’as pas égaré ton passeport. Sinon, tu vas faire dur ! Tu pourras peut-être t’en sortir avec ta carte opus...! Ensuite, le pawnbroker remplit un contrat d’achat avec toutes les infos de ton bidule (qu’on sait pas trop comment tu l’as en ta possession, mais bon). Si tu l’as volé, va falloir que tu paies les frais d’entreposage. Alors penses-y à deux fois. Parce que le contrat d’achat que le pawnbroker a rempli, il s’en va direct au poste de police pour être bien sûr que le bien ne soit pas un vol. Il y a souvent plus de vols à domiciles à proximité des pawnshops, donc les autorités prennent les grands moyens. Il y a aussi des règles provinciales et municipales que doivent respecter les pawnshops. Par exemple, à Montréal, ce genre d’entreprises doivent faire des rapports quotidiens à la police. Il y a aussi des règles strictes à suivre concernant la publicité et certaines pratiques sont même interdites.

Quissé qui peut échapper à certaines règles ?

Comme on l’a dit plus tôt, les institutions financières (banques, caisses, sociétés de fiducie) n’ont pas besoin d’un permis. Il y a d’autres entreprises gentilles qui ont pour but de prêter de l’argent à des gens plus vulnérables afin de les sortir de leur situation financière précaire en leur proposant une alternative aux prêts privés à hauts frais de crédits. Ce genre d’organismes ont besoin d’un permis, mais n’ont pas besoin de payer des droits de renouvèlement s’ils respectent les trois conditions suivantes :

  1. L’organisme est une compagnie sans but lucratif ou est une coopérative
  2. Le montant des prêts ne dépasse pas 5000 $
  3. Le taux de crédit ne dépasse pas le taux d’intérêt légal, soit 5 %

Faites donc attention si vous avez besoin d’emprunter de l’argent ou si vous voulez vous ouvrir une entreprise de ce genre.