Virée après avoir été espionnée par son patron

Vous trouvez que votre patron exagère parce qu’il surveille à la minute près l’heure à laquelle vous arrivez au boulot? Dites-vous que ça pourrait être pire. Bien, bien pire.

Myrna Arias, qui travaillait jusqu’à récemment au service des ventes d’une entreprise du domaine financier, affirme avoir été congédiée après avoir effacé de son téléphone intelligent (fourni par l’entreprise) une application de « gestion du travail » qui permettait à son employeur de savoir où elle était 24 heures sur 24, à quelle vitesse elle conduisait sa voiture, etc. Une intrusion illégale dans sa vie privée, mais dont le patron, selon elle, n’hésitait pas à se vanter. Control freak, vous dites?

Après son congédiement, Arias a intenté une poursuite de 500 000$, alléguant notamment avoir des preuves que son patron espionnait ses allées et venues non seulement sur les heures de travail (ce qui est déjà louche, avouons-le) mais aussi les soirs et les week-ends.

Parions que les autres membres du personnel de l’entreprise ont récemment mis à jour leurs profils sur LinkedIn…

Source: Ars Technica

 

Vous aimerez aussi