Votre futur manuel de classe numérique sera un délateur potentiel!

Que l’on soit enseignant au secondaire ou professeur à l’Université, assigner des lectures obligatoires à ses élèves constitue un acte de foi. Pas moyen, en effet, de savoir si nos ouailles ont bel et bien effectué le travail qu’on leur a demandé, à moins de multiplier les quiz-éclair, ce qui n’est pas bon pour la popularité auprès de la classe, ou de soumettre chaque étudiant à un détecteur de mensonges, ce qui pourrait vous valoir un séjour déplaisant chez le directeur. Mais le manuel électronique pourrait changer la donne...

À compter de l’automne, la compagnie CourseSmart offrira à grande échelle non seulement des manuels de classe numériques, mais aussi des outils qui permettent aux enseignants de savoir à quelle fréquence les étudiants s’en servent, ce qu’ils soulignent comme important, et à quel moment ils étudient - de sorte que l’on peut identifier les vilains garnements qui ne touchent pas à leurs livres avant le matin d’un examen, dans le métro, et ceux qui travaillent dur mais qui ont besoin d’un peu d’aide supplémentaire pour mieux s’organiser.
 
Un tantinet Big Brother? Oh que oui. Et pas trop difficile à truquer comme système? Assurément. Mais pour certains élèves qui ont besoin de motivation ou de surveillance, c’est peut-être un mal pour un bien. Je dis bien peut-être.
 
Source: Ars Technica