Vous ne voudrez plus boire de Coca-Cola après avoir lu ceci…

par Véronique Champagne - 37e AVENUE le 11 août 2015

Un blogueur pharmacien, The Renegade Pharmacist, a publié une chronologie presque minute par minute de ce qui se passe dans notre corps après qu'on ait bu une cannette de Coca-Cola. Un indice : ce n'est pas joli.

 

Les dix premières minutes

Verre remplie de cubes de sucre

10 cuillères à thé de sucre : c’est ce qu’on ingère en buvant une canette de Coca-Cola. L’Organisation mondiale de la Santé recommande, pour un adulte moyen, un maximum de 6 de ces cuillères. Oups…

Tant de sucre ingurgité aussi rapidement est tellement mal reçu par le corps que la seule raison pour laquelle il ne le rejette pas (lire : ne le vomit pas), c’est à cause de l’acide phosphorique qui neutralise son intensité au palais.

 

20 minutes

Canette remplie de sucre

Le petit « boost » de sucre ! Le pancréas libère de l’insuline à vitesse grand V. Et le foie cherche une utilité future à tout ce sucre futile en le convertissant… en gras.

 

40 minutes

Caféine

Au tour de la caféine d’entrer comme une tonne de brique. On connaît ses effets, notamment sur l’état d’alerte du corps et sur la circulation sanguine.

 

45 minutes

Pichet de coca-cola

La dopamine fait son apparition et entraîne un autre genre de « buzz », celui de la satisfaction. Autre conséquence : le développement d’une accoutumance, parce qu’on recherchera encore et encore cette agréable sensation… qui n’est d’ailleurs pas différente de celle d’un héroïnomane en quête de son prochain « fix ».

 

60 minutes

Homme au toilette

Le calcium, le zinc et le magnésium, des nutriments essentiels, sont d’abord tenus captifs dans l’intestin par l’acide phosphorique du Coca-Cola. Puis, l’omniprésence des sucres artificiels et naturels favorisera leur rejet en urine. Bref, le corps n’a rien pu retenir. Beau gaspillage!

 

Et ça continue…

Homme fatigué au bureau

L’envie de pipi, et tout aussi soudain, le « crash » de la baisse de sucre, qui rend irritable, fatigué, désagréable… jusqu’au prochain, si vous en avez encore envie?

 

Source