Fantasia: Critique V/H/S

30 juillet 2012
Gabrielle Scott

V/H/S

Hier soir, dans la salle bondée du théâtre Hall avait lieu l’unique projection, et la première québécoise, du film d’horreur V/H/S. Le long-métrage co-produit par les créateurs du site Bloody Disgusting était très attendu par le public de Montréal, et il n’a pas déçu (une dizaine de personnes ont d’ailleurs quitté la salle avant la fin de la représentation).

Le film est une co-réalisation (entre autres du collectif Radio Silence) qui raconte 5 histoires effrayantes tournées en caméra à l’épaule (souvent sous la forme de vidéos de vacances) qui touchent à presque tous les genres de l’horreur; des créatures surnaturelles aux hantises en passant par le slasher et autres. Le tout débutant alors qu’un groupe de criminels est engagé afin de voler une vidéocassette chez un vieil homme seul.
 
Commençons par les mauvais côtés. La collaboration de nombreux artistes se fait sentir à plusieurs reprises, notamment dans l’inégalité des segments, dont certains rappellent des épisodes moyens de la série Fais-moi peur. Avec du gore. Il y a aussi un peu de déception quand arrive les finales de quelques histoires. Et j’avoue que la caméra subjective n’est pas toujours bien employée (on nous cache ce qui serait effrayant et il y a beaucoup (trop) de sauts d’images).
 
Ceci étant dit, le suspense de V/H/S est très bien créé et il est maintenu à travers tout le long-métrage. La combinaison de plusieurs court-métrages d’horreur n’accorde aucun répit au spectateur qui est continuellement propulsé dans une nouvelle situation où la mort guette les personnages à chaque instant. Le stress ne fait donc qu’augmenter jusqu’au générique final, qui survient après le meilleur segment du film, au cours duquel j’ai littéralement tremblé.
 
V/H/S mérite donc la réputation qu’il s’est faite au festival Sundance et est à conseillé à tous les amateurs de films d’horreur.
 
Photo par Bloody Disgusting

/Commentez ce billet