Fantasia : Entrevue avec Casper Van Dien

26 juillet 2012
Patrick Robert

Casper Van Dien

Le très sympathique comédien Casper Van Dien est de passage au Festival Fantasia cette année pour faire la promotion du film The Pact (lire la critique de mon collègue Alexandre Duguay), mais aussi en tant que producteur de Starship Troopers : Invasion (lire la critique de Gabrielle Scott), un film d'animation qui continue les aventures de la série et qui est signé par nul autre que Shinji Aramaki, le réalisateur du fameux Appleseed et de Halo Legends. Ztélé a profité de sa venue à Montréal pour lui poser quelques questions sur ce nouveau volet de la franchise culte.

Plusieurs comédiens se lasseraient d'être toujours identifiés au même rôle, mais vous semblez beaucoup vous amuser avec tout ça?
 
Casper Van Dien : Oui, ça me donne beaucoup de plaisir, c'est excitant. On a dit que j'étais très énergique dans ce rôle, mais l'énergie des fans est vraiment contagieuse, et c'est difficile de résister à ça. Je marche dans la rue, et des inconnus me crient « JOHNNY RICO! ». Qu'est-ce que je suis censé leur répondre? Va te faire foutre? D'autres me trouvent familier, et se demandent dans quoi ils m'ont vu. Je réponds « Starship Troo... », puis ils explosent : « Johnny Ricoooo! Mon Dieu! J'ai grandi avec toi! Tu n'as pas idée à quel point je t'ai aimé dans ce film! ». Des filles me disent « j'avais le béguin pour toi », des gars m'avouent qu'ils « voulaient devenir comme moi ». Je sais qu'ils parlent plus de Johnny Rico que de moi, mais j'apprécie cet enthousiasme, je le comprends, et je trouve ça agréable.
 
Casper Van Dien
 
Les gens perçoivent des choses très différentes du premier Starship Troopers. Vous avez raconté que Greenpeace a déjà projeté le film en le présentant comme une histoire écologique, alors que plusieurs militaires le considèrent comme une ode à la guerre. Pourquoi pensez-vous que les spectateurs y voient des choses si différentes?
 
Casper Van Dien : C'est fascinant pour moi, parce que je pense que Paul Verhoeven possède des opinions bien tranchées, mais il réussit toujours à créer des œuvres qui font réfléchir, ou qui nous obligent à questionner la réalité ou nos positions. Des gens des deux côtés d'un même débat peuvent retrouver leur point de vue dans un même film, et je pense qu'en soi, c'est assez extraordinaire, parce que ça suscite éventuellement davantage de débat, et ça invite les gens à se questionner.
 
Casper Van Dien
 
Comment est venue l'idée de faire ce film d'animation, et comment en êtes-vous devenu le producteur exécutif?
 
Casper Van Dien : Ce projet m'a été proposé par deux grands admirateurs de l'univers de Starship Troopers qui travaillent chez Sony, Tony Ishizuka et Peter Nelson. Ils ont embauché Shinji Aramaki, le réalisateur d'un merveilleux film appelé Appleseed. Shinji a commencé à dessiner des costumes mécanisés après avoir vu  la couverture du livre de Robert Heinlein quand il était jeune. Il a travaillé sur la série télévisée desTransformers, pour laquelle il a conçu le personnage de Soundwave. C'est un des meilleurs artistes japonais, parmi ceux qui se spécialisent dans les costumes de mechs.
 
A-t-il été associé au projet dès le départ?
 
Casper Van Dien : Je pense qu'il était là dès le début, avec le producteur Joseph Chou. Ils sont ensuite allés chercher Flint Dille, l'un des auteurs de la série animée originale des Transformers, et le monde qu'ils ont fabriqué est rempli de clins d’œils à l'univers imaginé par Paul Verhoeven et Ed Neumeier, mais aussi au roman de Robert Heinlein, et aux deux autres films. Shinji a réussi à imprimer sa touche, mais je pense que tous les fans vont apprécier le résultat et le respect porté au matériel original. Quand Carl conclut Starship Troopers : Invasion avec une des répliques de Carmen tirée du film original, on comprend que c'est de la satire. Ça n'est pas dit sur un ton sarcastique, mais on comprend que ça l'est, et j'adore ça! Le ton de Shinji rejoint celui de Paul (Verhoeven), et j'aime cette subtilité, qui évoque le premier film.
 
Casper Van Dien
 
On a été surpris de constater que vous ne jouiez pas le rôle de Johnny Rico dans Starship Troopers : Invasion. Pourquoi?
 
Casper Van Dien : Tu sais, je suis le vingtième Tarzan. Il y en a eu dix-neuf autres avant moi,  et il y en a déjà deux de confirmés pour me remplacer après. Et pourquoi pas? En ce qui me concerne, je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas plusieurs Johnny Rico... Combien d'acteurs différents ont joué Bond?
 
Le comédien qui reprend votre rôle sonne beaucoup comme vous...
 
Casper Van Dien : Oui, il m'imite bien! Je l'ai pris comme un compliment, peut-être que ça n'en est pas un (rires)... J'aurais adoré le faire, mais j'étais débordé à ce moment-là, et je ne pense pas que ça aurait pu fonctionner, mais s'ils produisent une suite, j'aimerais bien y tenir un rôle. J'aurais surtout voulu porter ces costumes mécanisés, ils sont vraiment impressionnants!
 
Réaliser ce nouveau chapitre de la série en animation 3D a-t-il permis de repousser les limites visuelles en comparaison aux films?
 
Casper Van Dien : Ce qui est vraiment intéressant avec ce médium, c'est qu'on peut placer la caméra dans des angles qui seraient impossibles dans la réalité... Ils ont pu également rendre hommage aux concepteurs des vaisseaux d'origine. Cette production avait des contraintes de budget, comme tous les films peu importe leur budget, mais ils ont mis beaucoup d'efforts pour que ça fonctionne. Je pense qu'ils ont accompli davantage que ce qu'on est parvenu à réaliser avec le deuxième et troisième film, parce que c'était de l'animation et qu'ils n'étaient pas limités par les aspects physiques.
 
Vous jouez dans le thriller surnaturel The Pact, présenté aussi à Fantasia. Que pouvez-vous nous dire sur ce film?
 
Casper Van Dien : Dans ce film, je joue le rôle d'un policier qui a eu une vie difficile. Ça m'a permis d'utiliser ma propre expérience pour mieux camper le personnage, et de m'identifier davantage à celui-ci qu'à d'autres que j'ai déjà interprétés dans ma carrière. Il livre ses propres batailles et affronte ses démons personnels. Dans les faits, nous en avons tous. Tu sais, j'en suis à mon deuxième mariage, j'ai mes propres démons... Il a fallu que je livre mes propres batailles avec la vie, ou contre l'alcool... C'était donc plus facile pour moi de jouer ce rôle, et de lui donner plus de profondeur que si je débitais seulement mes lignes, du moins j'espère...
 
Casper Van Dien
 
Vous parlez d'expérience personnelle. J'ai lu quelque part que vous venez d'une longue famille de militaires. Est-ce que ça vous a aidé pour jouer Johnny Rico?
 
Casper Van Dien : J'ai grandi dans une famille de militaires, et à part mon oncle et moi, tous les hommes de ma famille ont servi dans l'armée. Je suis allé à l'école militaire au secondaire. Dès que j'ai l'occasion de jouer un militaire, je le fais avec un énorme sens de la responsabilité et une grosse dose de respect, parce que j'apprécie le fait que des hommes et des femmes sont prêts à s'engager et à donner leurs vies pour faire respecter un certain idéal du devoir, de l'honneur et du respect, afin que les gens puissent fonctionner normalement en société, plutôt que de vivre sous la menace de la tyrannie... 
 
Ou d'insectes géants...
 
Casper Van Dien :Ou d'insectes géants, oui (rires). Mais on les a tous tués, donc, pas besoin de se préoccuper de ça maintenant...
 
Que pouvez-vous nous dire sur le futur de la franchise? Verra-t-on un autre film d'animation se déroulant dans cet univers?
 
Casper Van Dien : Ça dépend évidemment de la façon dont celui-ci sera reçu, mais je sais que l'équipe voudrait en faire un autre. Je voudrais en faire un autre! J'aimerais y tenir un rôle, mais je supporte l'idée, d'une façon ou d'une autre. Et puis, il y a le reboot de la franchise... J'étais sur Twitter l'autre jour, et j'ai reçu un gazouillis d'un type qui m'écrit : « Qu'est-ce qui se passe, je vois que tu suis quelques-uns de mes amis? Je suis le scénariste du nouveau Starship Troopers », et je lui ai répondu « TUEZ LES TOUS! » (rires). Donc, le projet est encore en écriture, alors, on verra...
 
Casper Van Dien
 
Aimeriez-vous être impliqué dans ce projet?
 
Casper Van Dien : J'adorerais y être impliqué de quelque façon que ce soit. Vous ne me sortirez pas de l'univers de Starship Troopers (rires). C'est impossible. Sur Facebook, il y a plus d'une quarantaine de pages de fans dédiées au film, et j'ai été nommé administrateur de quelques-unes, dont « Johnny Rico comme président en 2048! », et quelques autres aussi obscures et absurdes. Je suis allé au FedCon l'an dernier, et il y avait neuf hommes et femmes costumés avec des uniformes de Starship Troopers. Je leur ai demandé de rester avec moi pendant que je faisais des séances de dédicaces ou des présentations. C'était MES patrouilleurs, et ils m'ont suivi durant toute la journée. J'avoue que je ne comprends pas entièrement le phénomène, mais je l'apprécie, et j'apprécie le dévouement des fans...

/Commentez ce billet