Passer au contenu principal.

Fantasia: critique du film The Human Race

C’est une version encore inachevée de The Human Race qui a été présentée hier, dans la salle du théâtre Hall, par le scénariste et réalisateur Paul Hough (The Backyard) et les acteurs Eddie McGee (The Angel) et Paul McCarthy-Boyington (Awake). (Je vous invite d'ailleurs à lire l'entrevue avec l'équipe fait par Patrick Robert) Mais même avec les problèmes de son et les quelques défauts d’images, l’oeuvre valait le déplacement.

Le film suit plusieurs personnages, principalement 2 vétérans de guerre Eddie (McGee), qui y a laissé sa jambe, et Justin (McCarthy-Boyington), qui lui a sauvé la vie. Entourés de 78 autres personnes, ils sont transportés sur une piste et doivent faire la course pour survivre, sans quitter le chemin, sans toucher au gazon et sans se faire dépasser. Et alors qu’une seule personne peut espérer s’en sortir, on apprend le véritable sens de l’humanité (d’où le double-sens du titre: la course/race humaine).
 
Le long-métrage à petit budget adresse une thématique maintes fois explorée, soit l’instinct de survie des humains, même au prix de leur humanité. Et comme c’est généralement le cas, le résultat est peu favorable pour la race humaine. Mais le tout est fait avec originalité, autant du côté du contexte (en forçant les humains à concourir pour ce qu’on devine être des extra-terrestres) que de celui des personnages, qui comprennent un unijambiste et 2 sourds.
 
Le résultat est plus que satisfaisant: les acteurs sont bons, il y a assez d’hémoglobine pour satisfaire tout le monde et l’histoire est complète et cohérente. Somme toute, The Human Race était un bon film qui valait la peine d’être vu, et peut-être même d’être revu lorsqu’il sera entièrement terminé.