Passer au contenu principal.

L'histoire de Tim Horton, le joueur et les beignes!

tim-horton-joueur-hockey-archives

Dans l’émission La vie après, Daniel Savoie rencontre des joueurs retraités de la LNH, afin de comprendre comment ils vivent leur vie après leur carrière d’hockeyeur.

Pour plusieurs, c’est un passage difficile; le hockey est la discipline à laquelle ils se sont consacrés toute leur vie, et il est parfois difficile de trouver une nouvelle aventure dans laquelle on peut exceller.

Heureusement, il existe également des exemples de réussite, de joueurs qui ont su se réinventer en dehors de leur identité d’hockeyeur.

Et il n’y a probablement pas de meilleur exemple que Tim Hortons, qui est probablement encore plus connu pour la chaîne qu’il a fondé que pour sa carrière sur la glace.

Voici la petite histoire du roi du Timbits!

Carte CHEX - Domaine public

 

Un (grand) petit gars du Canada

Tim Hortons voit le jour à Cochrane en Ontario en 1930. En 1935, alors qu’il a 5 ans, sa famille déménage à Duparquet en Abitibi, mais ils retournent en Ontario 3 ans plus tard.

Comme tous les garçons nés en Ontario, j’imagine, il joue au hockey. Mais contrairement à la majorité, il est très bon, assez pour être signé à 18 ans par les Maple Leafs de Toronto.

En 1950, il joue sa première partie dans la LNH, mais il retourne dans le club-école (les Hornets de Pittsburgh) pendant 2 années supplémentaires.

Quand il finit par rejoindre l’équipe à temps plein, il connaît de vraiment belles saisons. En fait, entre 52 et 70, il va gagner 4 coupes Stanley avec les Maple Leafs de Toronto (fait méconnu : les Maple Leafs ont déjà été bons).

En fait, il est tellement utile à son équipe comme joueur qu’il détient encore aujourd’hui le record de parties consécutives avec Toronto, avec 486 parties consécutives. Il se blessait pas beaucoup non plus, faut croire.

En fait, il avait une réputation de vrai dur à cuire. Non seulement il ne se blessait jamais, mais il réussissait à intimider ses adversaires sans être violent. Sa technique? Quand un joueur essayait de se battre avec lui, il le serrait assez fort dans ses bras en prise de l’ours pour que son adversaire se calme les nerfs.

via GIPHY

 

La fin d’une carrière

En 1970, il est échangé aux Rangers où il passera deux ans, puis à Pittsburgh pour finalement rejoindre les Sabres de Buffalo en 1972.

Pendant ce temps, par contre, il prépare sa carrière en dehors de l’aréna. En effet, en 1964, il ouvre un premier établissement de beignes, le Tim Horton Doughnut Shop situé à Hamilton en Ontario. Rapidement, le nom est changé pour Tim Hortons, parce qu’on va se le dire, Tim Horton Doughnut Shop, c’est un peu long à dire.

Évidemment, on sait aujourd’hui que Tim Hortons est devenu une immense chaîne avec des succursales sur plusieurs continents. On pourrait donc croire que cette première succursale a connu un succès monstre et que les franchises se sont multipliées tellement les gens raffolaient des beignes à Tim.

C’est pas exactement ça.

En fait, en 1965, le premier magasin de Tim Hortons n’allait pas très bien. Heureusement pour l’hockeyeur, il a fait la rencontre de Ron Joyce, un ex-policier d’Hamilton qui avait la bosse des affaires. Ce dernier a repris les affaires en main, ouvrant deux nouvelles succursales en deux ans.

Devant ce succès, Tim Horton n’a pas eu le choix de faire de Joyce un partenaire à part égale dans l’entreprise. La chaîne s’appelle peut-être Tim Hortons, mais elle aurait très bien pu s’appeler Ron Joyces.

Arnie Lee

 

La mort de Tim Horton

En 1974, l’avenir de Tim Horton semble prometteur; après tout, il est co-propriétaire d’une chaîne de restauration rapide en expansion, avec un partenaire solide.

Malheureusement, le destin va faire qu’Horton n’aura pas vraiment l’occasion d’en profiter.

Le 21 février 1974, il est sous l’effet de l’alcool et il perd le contrôle de sa voiture sport. Sa voiture fait des tonneaux, et il est projeté hors de l’habitacle. On observe sa mort à l’hôpital de St. Catharines.

Suite au décès d’Horton, c’est Ron Joyce qui rachète les parts du joueur pour la somme d’un million de dollars. À ce moment, la chaîne comporte 40 établissements. Joyce devient donc l’unique propriétaire des restaurants Tim Hortons.

Joyce décide alors d’augmenter le nombre de succursales, et ce de façon intensive. Entre 1974 et 1991, la chaîne va passer de 40 à 500 établissements (en 2013, on comptait 4304 succursales!)

Ceci étant dit, si à partir de 1974 Ron Joyce est le seul propriétaire de la chaîne, la famille Horton ne reste pas bien loin. En effet, le fils de Ron Joyce, Ron Joyce Jr., a épousé Jeri-Lyn Horton, la fille de Tim Hortons. D’ailleurs, le couple est propriétaire d’un Tim Hortons situé à Cobourg en Ontario.

Et Tim Horton, lui, a été nommé par la LNH parmi les 100 plus grands joueurs de l’histoire de la ligue.

Si vous croyez être maintenant un expert du hockey, on vous a préparé un petit quiz pour tester vos connaissances, ici!