Passer au contenu principal.

Qui a inventé les vampires?

Dracula Bela Lugosi

Les vampires ont été tellement à la mode dans les dernières années que certains d’entre nous ont développé une petite écoeurantite, comme la fois où je me suis clanché une rangée au complet d’Oreos quand ma mère ne regardait pas.

Mais les vampires sont des créatures qui fascinent depuis des centaines d’années, et ce n’est qu’une question de temps avant que les vampires ne reviennent à la mode (d’après moi, dès que Marvel va sortir son nouveau film sur Blade).

D’où viennent les vampires (à part de la Transylvanie)? Qui les a inventés? Dracula est-il vraiment le père de tous les vampires?

On fait la lumière sur ces créatures de la nuit.

 

Des mythologies partout dans le monde

Voilà le gros problème quand on veut tracer l’origine de ces créatures assoiffées de sang : les vampires n’ont pas une origine unique.

Des peuples partout dans le monde ont dans leurs mythologies des créatures s’apparentant au vampire.

En Inde, on craignait les vetâlas, des créatures qui prenaient possession des cadavres n’ayant pas eu droit à des funérailles. Les pratiquants de l’hindouisme prêtaient également à la déesse Kali la caractéristique de se nourrir de sang… mais elle était cependant une protectrice, détruisant le mal sous toutes ses formes.

Vetals Burton Vikra

Ernest Griset - Domaine public

On a également retrouvé sur des poteries perses des créatures se nourrissant de sang.

La mythologie grecque présente des tonnes de créatures s’abreuvant de sang, le plus souvent des femmes. On croit aussi que les morts qui n’ont pas le droit à une sépulture errent sur Terre, attirés par l’odeur du sang.

Dans la mythologie slave, on croyait également qu’une âme en peine pouvait prendre possession d’un corps; la créature cherchait alors à voler le sang des vivants pour se venger d’eux.

 

Le moyen-âge : la folie des vampires avant Twilight

Au Moyen-Âge, les gens CAPOTENT sur les vampires. Au XIIe siècle, on brûle régulièrement des gens accusés d’être des vampires. Mais en même temps, brûler du monde, ça semblait être le loisir #1 au Moyen-Âge.

 

Le pap Innocent VII reconnaît l’existence des démons et des morts-vivants en 1484, et ça tombe bien, parce qu’on est en pleine épidémie de peste, et de nombreux paysans tiennent pour responsables… les vampires.

 

Vlad Tepes, dit Drăculea

Chroniques de Brodoc - Domaine public

Mais c’est un prince roumain qui va vraiment cristalliser la légende des vampires, Vlad Tepes.

En fait, Vlad Tepes n’est même pas son vrai nom; il s’appelle en fait Vlad III Basarab. Mais Tepes signifie l’Empaleur (il aurait fait empaler 20 000 soldats turcs). Son autre surnom, Drăculea, quant à lui, signifie le dragon ou le diable.

Vous aurez compris que l’ami Vlad était un prince à la fois redouté et violent. La propagande ennemie lui prêtera alors des comportements excentriques, créant une légende autour du personnage.

 

Dracula, un roman fondateur

Dracula novel by Bram Stoker, first edition

Bram Stoker - Domaine public

Quand Bram Stoker publie le roman Dracula en 1897, il s’assure ainsi que le surnom de Vlad Tepes va rester à jamais dans la culture populaire.

Pourtant, le roman de Stoker est loin d’être le premier roman sur les vampires; au contraire, c’est la grosse mode à l’époque où il écrit son roman légendaire.

Dans les années 1600 et 1700, les contes de vampires sont extrêmement populaires. On croit même que les vampires sont réels.

En 1748, le poète Heinrich Augustin von Ossenfelder publie un poème intitulé Der Vampyr. C’est l’une des premières œuvres légendaires mettant en vedette les suceurs de sang.

L’allemand Goethe va ensuite populariser le genre avec La Fiancée de Corinthe qui raconte l’histoire d’une jeune femme morte-vivante qui se nourrit de sang.

Puis, en 1819, John William Polidori complète une histoire entamée par Lord Byron intitulée tout simplement Le Vampire. L’histoire connaît un succès énorme en Europe, et inspire de nombreux auteurs à écrire sur ces créatures fantastiques.

Dracula n’est donc qu’une continuation d’un mythe déjà populaire.

Pourquoi est-ce le titre que tout le monde connaît, alors?

Tout d’abord, c’est une bonne histoire. Mais surtout, dans son roman, Stoker met la base d’une espèce de théorie des vampires. C’est lui, par exemple, qui va établir que les vampires craignent l’ail. D’une certaine façon, il va mettre en place les règles sur le vampirisme qu’on connaît encore aujourd’hui.

 

Alors, qui a inventé les vampires?

Il n’y a pas qu’une seule personne derrière l’apparition des vampires. Mais Bram Stoker, appuyé par des siècles, voire des millénaires, de légendes autour des vampires a définitivement contribué à décrire les vampires tels qu’on les connaît aujourd’hui.