Passer au contenu principal.

Qui a inventé les zombies?

night--1024x575

Je ne sais pas si c’est la faute de Walking Dead ou des gens qui passent leur temps à regarder leurs cellulaires parce qu’ils jouent à Pokémon Go, mais les zombies sont vraiment à la mode ces temps-ci.

On les voit partout : dans les jeux vidéo, dans les films, à la télé… parfois même dans des parades organisées en plein centre-ville.

Mais d’où viennent les zombies? Bon, ok, du cimetière. Mais je veux dire, qui a INVENTÉ les zombies?

Amenez votre scie mécanique, on part à la recherche de l’origine des zombies.

 

Haïti et vaudou

Les zombies sont tout d’abord apparus dans le folklore haïtien, mais pas nécessairement sous la forme qu’on connaît aujourd’hui.

Dans les croyances folkloriques haïtiennes, les zombies sont en fait des défunts ressuscités par un sorcier ou une sorcière. Les zombies sont les esclaves des sorciers qui les contrôlent. Ils ne cherchent donc pas à manger des cerveaux.

En fait, ils ne désirent rien du tout; ils sont entièrement sous le contrôle de forces occultes.

Mais le vaudou haïtien croit en la dualité de l’âme, le corps et l’esprit. Ainsi, il existe aussi des zombies qui sont en fait des moitiés d’âmes humaines capturées par des sorciers et parfois embouteillées pour être vendues à des clients.

Bref, on est loin de The Walking Dead.

Mais les zombies ne font pas partie des croyances « officielles » de la religion vaudou. C’est une croyance spécifique à Haïti. Qu’est-ce qui a poussé les haïtiens à inventer une telle créature?

C’est lié à l’esclavagisme.

Les esclaves africains en Haïti se racontaient que le Baron Samedi les ramènerait après leur mort en Afrique, envisagée comme un paradis. C’était aussi une façon d’empêcher les esclaves de mettre fin à leur jour : on leur disait que le suicide insultait le Baron Samedi, et qu’il les laisserait à rôder en Haïti à jamais s’ils se suicidaient.

 

La contamination des États-Unis

De 1915 à 1934, Haïti est occupée par les États-Unis, qui découvrent ainsi les zombies. Les américains sont fascinés par les histoires de ces créatures, se demandant si elles sont réelles ou non.

Ainsi, dans les années 20 et 30, des livres racontant des histoires sur des créatures s’apparentant aux zombies sont publiés.

Herbert West, réanimateur de H.P. Lovecraft en est un bon exemple. Cette nouvelle, qui se voulait une parodie de Frankenstein, raconte l’histoire d’un scientfique qui tente de réanimer des corps mais qui en perd le contrôle, les créatures devenant violentes.

Mais c’est sans doute le film La nuit des morts-vivants de George Romero, paru en 1968, qui cimente le plus les zombies tels qu’on les connaît aujourd’hui.

Ce n’est évidemment pas la première fois qu’on voit des zombies au cinéma. Il y a entre autres eu White Zombie en 1932 qui devance l’œuvre de Romero.

Mais La nuit des morts-vivants est un classique qui définit le genre pour de bon. Il décrit non pas l’histoire de quelques cas isolés de créatures réanimées, mais une épidémie apocalyptique de revenants.

Surtout, il se sert des zombies pour dénoncer les failles humaines et les manques de la société. Encore aujourd’hui, c’est souvent le message des œuvres qui parlent des zombies; et si les vrais monstres étaient les êtres humains?

Mais curieusement, le terme « zombie » n’est jamais utilisé dans le film. En fait, dans le script, Romero nomme plutôt les créatures des « ghoul ». Ce sont plutôt les critiques qui ont fait coller le terme de zombies aux morts-vivants représentés dans le film, et Romero a fini par l’utiliser dans les suites.

C’est aussi intéressant de noter la vision différente des zombies qui est propre aux américains. Alors que les zombies haïtiens sont des créatures ensorcelées, ils sont plus souvent représentés dans la fiction américaine comme le résultat de tragédies bien humaines : virus et épidémies, mutations nucléaires, expériences scientifiques.

Apparemment, les américains ont plus peur des hôpitaux que des sorciers!

 

Les zombies modernes

Pendant de nombreuses années, les zombies sont restés ces créatures lentes qui se promènent les bras devant eux à la recherche de cerveaux frais.

Mais les amateurs d’horreur le savent; il y a quelque chose d’encore plus terrifiant qu’un zombie traditionnel : un zombie qui court.

En effet, on a vu une tendance dans les années 2000, notamment dans 28 jours plus tard, à mettre à l’écran des zombies aux même capacités que les humains bien vivants.

Qui a eu cette idée en premier?

Curieusement, ça vient d’un jeu vidéo : c’est dans Resident Evil, sorti en 1996, qu’on voit pour la première fois des zombies qui courent vers le joueur. L’idée a ensuite « contaminé » le cinéma.

Max Brooks a aussi créé un nouvel enthousiasme pour le genre quand il a publié Le Guide de survie en territoire zombie, et World War Z.

Le guide de survie est particulièrement intéressant parce qu’il traite les zombies comme une éventualité réelle, et propose des trucs pour survivre à l’apocalypse zombiesque : où se réfugier, quelles armes privilégier, comment se déplacer, etc.

Et on va se le dire, même si les zombies sont des créatures fictives… on a tous un plan au cas où l’apocalypse de zombies arrive!