Passer au contenu principal.

Une année sans été ? Oui, c'est déjà arrivé...

Un image montrant du gel au sol dans un champ

On va se le dire: le début de l'été 2019 (ou la fin du printemps, si vous voulez vous obstiner...) au Québec fut plutôt déprimant. De plus, le reste de la saison chaude s'annonce même assez tiède selon Environnement Canada.  Mais quand on se compare, on se console, hein ? Revenons quelques 200 ans en arrière pour se remémorer l'an 1816. En effet, cette année-là, la province, voir le monde, a vécu une année sans été...

via GIPHY

Mais qu'est-ce qui s'est passé ?

L'année précédente, en 1815, le volcan Tambora en Indonésie est entré en éruption. Mais pas juste une tite éruption de moumoune, là. Il s'agit de la plus puissante jamais observée par l'homme dans son histoire. On a calculé sa force à plus de dix mille fois (!!!!) les 2 bombes atomiques tombées sur Hiroshima et Nagasaki en 1945 réunies (HOLY SH...). Bref, ç'a faite un pas pire bang. Le nuage de cendre produit par le Tambora fit ensuite le tour de la Terre et la couvrit d'un voile de poussière qui bloqua les rayons du soleil.

via GIPHY

Un cauchemar 

L'hiver de 1816 fut très doux alors que le mois de février enregistra des températures très clémentes. Mais c'était un leurre. Dès le mois de mai, le froid avait déjà tué une partie des récoltes dans tout le Nord-Est de l'Amérique, l'Europe du nord et l'Asie. Début juin, la ville de Québec reçoit 30 centimètres de neige (AAAAAAHHHHH!) et la Nouvelle-Angleterre se tape des blizzards aussi intenses que ceux du mois de janvier. En Beauce, on raconte que les gens se servaient du poêle à bois pour chauffer encore au mois de juillet. On observe même une couche de glace sur les lacs et rivières plusieurs fois durant l'été. À Paris, on a calculé que le continent européens n'avait connu que 13 jours de soleil durant les mois d'été avec des tempètes d'une rare violence et du gel au mois d'août. 

via GIPHY

Des conséquences mondiales

De dire que l'éruption du Tambora a chamboulé le monde, c'est comme dire que Wayne Gretzky était un pas pire joueur de hockey: ça ne rend pas justice à la réalité. Le prix des denrées devenu incroyablement élevé, des émeutes de la faim éclatent en France, en Grande-Bretagne et en Suisse, où plus de 2000 désespérés immigrent vers le Brésil. En Chine, la récolte de riz est catastrophique et une famine s'installe dans le nord du pays. Au États-Unis, des dizaines de milliers de fermiers abandonnent leur terre et marchent vers le mid-west en quête de jours meilleurs. 

via GIPHY

Au Québec, l'anxiété est généralisée. Le pain est rare et les récoltes, peu abondantes et de très mauvaise qualité. En novembre 1816, les commissaires de la colonie entreprennent la distribution de provisions achetées de divers marchands aux citoyens qui doivent rembourser ces avances en argent ou en participant à des travaux publics.  En tout, on estime que deux fois plus de personnes sont décédées en 1816 que l'année précédente.

via GIPHY

S'inspirer de la misère

Cette année maudite a profondément marqué la société de l'époque, et donc ses artistes. En fait, on dit que les événements de 1816 avec ses journées froides, grises et pluvieuses, auraient inspiré les romans Frankenstein de Mary Shelley et Le Vampire de Lord Byron, qui servit de modèle pour le Dracula de Bram Stoker quelques années plus tard. 

via GIPHY

Donc, au lieu de chialer qui fait pas super beau, dites-vous que ça pourrait être bien pire. Allez, gardez le sourire et profiter du BBQ!


Tu aimeras aussi:

 

CHERNOBYL: UNE MINISÉRIE À VOIR ABSOLUMENT!          10 SUPERSTITIONS POPULAIRES QUI ANNONCENT LA MORT
 
7 GINS DU QUÉBEC À DÉCOUVRIR AU PLUS VITE!
 

ListElement View for viewMode=threecolteaser, slot=wideSlot has not been implemented.